LA POLIO EN AFRIQUE : ÉRADIQUÉE OU PAS ?

Plusieurs articles sont parus récemment dans la presse à propos de la polio en Afrique. Le 25 août, l’OMS a déclaré l’éradication du virus sauvage de la polio en Afrique. Peu de temps après, des articles ont annoncé des flambées épidémiques au Soudan, alimentant des rumeurs selon lesquelles « l’ONU a admis que le vaccin financé par Bill Gates et sa Fondation est la cause de ces épidémies » … Que se passe-t-il vraiment ?

Image LA POLIO EN AFRIQUE : ÉRADIQUÉE OU PAS ?

L’éradication mondiale de la polio est un objectif prioritaire du Rotary International. Il est important de comprendre la situation et de distinguer l’info de l’intox afin de pouvoir expliquer clairement la situation.

 

 

Le virus sauvage de la polio a effectivement été éradiqué de toute la région africaine. 

 

Le virus sauvage de la polio circule dans la nature depuis des centaines d’années. Ce virus est, depuis 1985, la cible de notre campagne d’éradication. A cette époque le virus était endémique dans 125 pays et paralysait 350 000 enfants tous les ans.

Ce virus n’a pas été détecté depuis plus de quatre ans dans la région africaine. C’est le 27 septembre 2016, au nord-est du Nigeria, que le virus a été détecté pour la dernière fois en Afrique. Il a été isolé dans des échantillons de selles d’un enfant en bonne santé, qui avait été en contact avec un enfant paralysé par la polio. 

Le virus sauvage n’a plus été détecté depuis cette date, malgré une surveillance épidémiologique très intense. La qualité de cette surveillance est la condition sine-qua-non pour que l’éradication puisse être certifiée par la commission d’experts indépendants qui analyse la situation. Cette surveillance est mise en œuvre dans tous les pays et à tous les niveaux. Elle implique à la fois les services officiels de santé mais également une multitude de volontaires au niveau des villages. Ces personnes ont pour mission de détecter tous les cas de paralysie flasque aiguë et de s’assurer que des échantillons de selles sont envoyés aux laboratoires spécialisés pour confirmation de la présence du virus de la polio. Des prélèvements fréquents sont également faits dans le réseau des eaux usées des villes car la présence du virus dans les égouts est un bon indicateur qu’il continue de circuler dans la population.   

Depuis le 27 septembre 2016, malgré l’analyse de plus de 400 000 échantillons prélevés partout en Afrique, y compris dans les zones sous le contrôle de Boko Haram, aucun virus sauvage de la polio n’a été détecté. Cela a permis à la commission régionale d’experts de certifier l’éradication du virus sauvage.

 

 

Des pays d’Afrique font actuellement face à des flambées épidémiques.

 

Ces flambées sont causées par le virus dérivé de la souche vaccinale du vaccin oral de la polio. Le vaccin oral, utilisé pour l’éradication de la polio, (vaccin « Sabin » du nom de son inventeur), contient un virus de la polio fortement atténué. Lors de la vaccination, le virus atténué colonise les intestins de l’enfant et le protège. Pendant une courte période après la vaccination, l’enfant excrète ce virus atténué. Dans les zones sans assainissement, les enfants qui entrent en contact avec l’enfant vacciné ont de grandes chances d’être, à leur tour, infectés par ce virus vaccinal.  Ils seront ainsi eux aussi, indirectement vaccinés. Normalement, le virus vaccinal cesse rapidement de circuler car il rencontre des enfants vaccinés qui ne lui permettent pas de se reproduire et d’infecter d’autres enfants.  Toutefois, quand les campagnes de vaccination sont incomplètes et laissent de nombreux enfants sans vaccin, le virus vaccinal peut alors circuler, par voie d’une contamination fécale-orale pendant une longue période.  Au cours de cette circulation, le virus peut subir des mutations génétiques, devenir virulent et causer ainsi des paralysies.  C’est ce qui se passe au Soudan en ce moment. 

Ce ne sont pas les enfants vaccinés qui sont paralysés, ceux-là sont bien protégés par le vaccin !  La paralysie touche des enfants non vaccinés, qui sont entrés en contact avec le virus dérivé de la souche vaccinale redevenu virulent.

Une vidéo sur ce sujet peut être consultée sur  https://youtu.be/RwbObGRfXH8

Le risque associé au virus dérivé de la souche vaccinale est reconnu depuis une flambée épidémique en Haïti en 2001. Un programme de recherche a été lancé pour développer un nouveau vaccin oral, plus stable génétiquement, pour lequel le risque de retour à la virulence est très faible. Ce vaccin devrait être disponible pour des campagnes de vaccination en Afrique avant la fin de l’année 2020.

C’est la Fondation Bill et Melinda Gates qui a financé, en grande partie, la recherche-développement de ce nouveau vaccin, lequel n’a pas encore été mis sur le marché.

 

 

Pourquoi utiliser le vaccin oral qui contient un virus vivant atténué alors qu’il existe un vaccin injectable avec un virus inactivé ?

 

Le vaccin inactivé (dit « Salk » du nom de son inventeur) est disponible sur le marché depuis les années 60. C’est avec ce vaccin que les enfants des pays économiquement plus aisés sont vaccinés. Il est plus cher et plus compliqué à administrer que le vaccin oral, puisqu’il nécessite une injection intra-musculaire et donc l’intervention d’un personnel formé, alors que le vaccin oral peut être administré par des volontaires sans formation médicale. La raison principale pour laquelle le vaccin oral continue d’être utilisé est qu’il est le seul vaccin qui permet l’éradication du virus de la polio ! Le vaccin oral protège l’enfant vacciné mais, en plus, en conférant à l’enfant vacciné une protection intestinale, il interrompt la circulation du virus. Pour que le virus de la polio soit éradiqué, il faut que celui-ci ne puisse plus être transmis et trouver les intestins d’un hôte humain dans lequel survivre. Seul le vaccin oral protège les muqueuses intestinales et peut bloquer la transmission.

Le vaccin injectable, lui, protège parfaitement l’enfant vacciné. Si cet enfant est infecté par le virus de la polio, il ne tombera pas malade. Malheureusement, cet enfant continuera d’excréter le virus et de contaminer les enfants avec lesquels il est en contact.

Lorsque le virus sauvage qui continue de paralyser en Afghanistan et au Pakistan sera éradiqué grâce au vaccin oral, le monde entier cessera alors d’utiliser le vaccin oral pour n’utiliser que le vaccin injectable inactivé.

 

L’éradication du virus sauvage en Afrique est un succès extraordinaire. Le Rotary y a grandement contribué et il ne faut pas nous arrêter en si bon chemin. Le virus sauvage n’est certes plus présent qu’au Pakistan et en Afghanistan, mais il faut poursuivre la vaccination dans plus de 60 pays pour éviter que le virus, s’il devait être réintroduit, redevienne endémique en Afrique ou en Asie. Il faut également poursuivre la surveillance. Tout cela a un coût !

Nous, Rotariens, devons persister dans nos efforts pour expliquer la situation et lever des fonds, jusqu’à l’éradication totale du virus !

 

TEXTE DE MICHEL ZAFFRAN

Directeur du programme d’éradication de la polio à l’OMS. Membre du Rotary club Gex Divonne.

Contact : michelzaffran@gmail.com

 

Webinaire organisé le 24 octobre par le district 17100:

https://youtu.be/kql0DQW1JAA

 

 

 

Un Rotarien très engagé contre la polio parmi les 100 personnes les plus influentes du monde

 

L’ancien gouverneur du district 9110, Tunji Funsho, président de la commission PolioPlus nationale du Nigeria, vient d’être nommé parmi les 100 personnes les plus influentes au monde par le magazine Time. Il a obtenu cette reconnaissance pour son leadership dans les efforts réalisés aux côtés des Rotariens et de leurs partenaires pour éradiquer le virus sauvage de la polio au Nigeria, puis en Afrique.

Le Dr Funsho est cardiologue, membre du Rotary club Lekki (Lagos).

La liste de Time salue l'activisme, l'innovation et les accomplissements des individus les plus influents au monde.

 

Dans la même rubrique

Image LA FONDATION ROTARY VOUS AIDE À COMBATTRE L’ILLETTRISME

23/10/2020 -

LA FONDATION ROTARY VOUS AIDE À COMBATTRE L’ILLETTRISME

L’éducation de base est l’un des sept axes majeurs d’action du Rotary International, et la Fondation Rotary…

Lire