LE ROTARACT, DE LA VALEUR AJOUTÉE À LA COMMUNICATION DU ROTARY

Nombreux sont les districts rotariens dans le monde à compter au moins un Rotaractien dans leur commission communication. Un renfort bienvenu que représentent ces jeunes très au fait des nouvelles technologies et stratégies de communication.

Image LE ROTARACT, DE LA VALEUR AJOUTÉE À LA COMMUNICATION DU ROTARY

Depuis le dernier Conseil de Législation - le « parlement du Rotary » - un club Rotaract est membre à part entière du Rotary International. Cette évolution qui a rapproché les deux entités se manifeste par des initiatives qui modernisent la communication du Rotary.

 

 

Une présence plus soutenue sur les réseaux sociaux

 

« Une communication est mise en place en fonction du message à transmettre » explique Jeffrey Digeon, représentant Rotaract du district 1660. Chef de projet en aménagement de travail, son métier consiste à développer des solutions techniques et audiovisuelles. Comme le Rotary est une association formée sur une base professionnelle, Jeffrey encourage l’utilisation de Linkedin pour des événements, comme le font les membres de son club, le Rotaract Paris Quai d’Orsay : « Lorsque nous organisons des visioconférences sur des sujets professionnels, ouvertes à tout public, des invitations sont lancées sur Linkedin afin d’accueillir un auditoire plus large. Cette méthode entraîne un afflux de participants qui parfois ne connaissent pas le Rotaract. » L’annonce d’une visioconférence organisée en partenariat avec l'Observatoire euro-africain de l'intelligence artificielle sur les nouvelles technologies, à laquelle intervenait notamment Cédric Villani, mathématicien de renommée mondiale, a favorisé beaucoup d’inscriptions extérieures à la famille rotarienne. Ces conférences sont gratuites, accessibles sur inscription préalable, et offrent la possibilité d’inviter par la suite ces participants à d’autres événements ; au-delà de l’attrait professionnel et informatif de ces visioconférences, il s’agit d’une opération de communication…et de recherche de nouveaux membres pour les clubs.

 

Aux yeux de Jeffrey, Facebook est un bon canal pour une communication en amont, puis en aval sur un événement d’un club tel qu’un ramassage de déchets. Il encourage l’usage simultané d’Instagram qui, par des stories dont la durée de vie est de 24 heures, diffuse photos et vidéos sur les Rotariens et Rotaractiens en train d’agir. Ces stories peuvent encourager des personnes à rejoindre les membres lors d’une action qui les tient à cœur.

« Il faut s’approprier les réseaux sociaux en étant bien identifié dans les messages diffusés » recommande Jeffrey, précisant qu’il faut choisir des mots clés tels que le nom du club, la localité ou le type d’action réalisée. « Les différents algorithmes permettent aux internautes de repérer le message grâce à un seul mot, pourvu que le club l’ait bien utilisé. La bonne astuce est d’utiliser plusieurs mots clés pour élargir le champ de diffusion des messages. » En effet, l’écho d’un message rotarien peut être démultiplié à travers les différents réseaux sociaux si le thème est bien exprimé.

 

 

Un soutien efficace pour tout district rotarien

 

Justine Busser et Maxime Santucci, membres du Rotaract club Marseille Provence, sont très investis dans la commission communication du district 1760. Tous deux prodiguent des formations professionnelles dans le domaine du digital et de l’Internet ; leurs compétences professionnelles sont les bienvenues dans l’équipe du gouverneur ! Ils s’investissent notamment dans la newsletter du district dans laquelle est diffusé chaque mois un message vidéo du gouverneur. Justine précise avoir refondé la page Facebook du district tout en conservant son aspect « afin d’assurer la continuité pour que toute personne la consultant s’y retrouve lors du changement d’équipe du district au 1er juillet. Il est important que cette page soit identifiable immédiatement par chacun. » Elle explique inlassablement aux clubs qui utilisent encore l’ancien emblème du Rotary, remplacé en 2013, l’importance de présenter l’actuel logo officiel pour toute communication rotarienne. « Peut-on imaginer une grande firme internationale dont les représentants n’utiliseraient pas tous le même emblème ?» s’exclame cette professionnelle de la communication. À bon entendeur salut…

 

 

Appelé à gérer la communication d’un grand événement rotarien

 

« C’est jeudi à 22h00 que je fus contactée afin de relayer le surlendemain en direct sur les réseaux sociaux l’allocution de Jennifer Jones lors du Global Citizen Live sur le Champ de Mars » explique Pauline Amiel. Membre du Rotaract club Toulouse Saint-Exupéry et responsable Marketing de Rotaract Mediterranean MDIO*, Pauline et trois autres Rotaractiennes se sont rendues à Paris pour rencontrer la présidente-élue du Rotary International venue annoncer à la tribune de ce grand festival l’apport du Rotary dans la lutte contre la pauvreté et les maladies. « Nous avons pris des photos et des vidéos que nous avons retransmises en direct sur le compte Instagram du Rotary International, ainsi que sur les comptes Facebook et Instagram des CIP et de World of Rotaract» explique Pauline. « Si l’on veut une forte communication sur le Rotary, il est crucial d’identifier les comptes qui nous permettent d’élargir notre zone de diffusion. Lors du Global Citizen Live, nous avons ainsi identifié de nombreuses organisations multi-districts d’information (MDIO*) qui ont repartagé les informations à travers la planète, bien au-delà des cercles rotariens. » Pauline encourage les clubs à être constamment sur les réseaux sociaux : « à force de diffuser des messages, les gens finissent par identifier le Rotary et ce qu’il fait. »

 

 

Des interactions Rotary-Rotaract

 

Aurélia Leguy-Texier était Rotaractienne avant de rejoindre il y a trois ans le Rotary club Paris Passerelle. Sa profession - chargée de communication – a conduit le gouverneur à l’inclure dans la commission communication du district 1660. « Le Rotary est intergénérationnel, aussi est-il important de le montrer lors de messages sur des actions d’intérêt public des clubs ; il faut transmettre des images dynamiques et non statiques de clubs en train d’agir. » Aurélia conseille aussi aux clubs de montrer que des femmes sont actives dans leurs rangs et encourage de diversifier les canaux de communication, à condition qu’une personne s’occupe régulièrement d’actualiser les informations : « mieux vaut faire moins que mal » précise-t-elle, souhaitant une globalisation de la communication du Rotary et du Rotaract afin de toucher un public plus large grâce à une visibilité plus grande.

 

Les recettes de communication utilisées par les Rotaractiens, souvent adoptées par des Rotary clubs et des districts rotariens, entraînent une plus vaste diffusion de l’image de la famille rotarienne. Une image de membres qui agissent, à l’écoute de la société et de ses interrogations. Bref, un Rotary dans le siècle tout juste 100 ans après sa création en France.

 

 

*Des organisations multi-districts d’information

 

Il existe 26 MDIO (Multi district information organization) dans le monde. Les districts Rotaract de France ont la possibilité de faire partie de trois MDIO :

-Rotaract France, qui regroupe les 18 districts français,

-Rotaract Mediterranean qui rassemble 34 districts à travers 18 pays,

- ERIC (Europe Rotaract information center) qui rapproche 116 districts de 47 pays.

 Ces entités relient les clubs Rotaract pour des actions communes, des rassemblements et des échanges d’idées.

 

 

 

TEXTE DE CHRISTOPHE COURJON