LES BOURSES DE LA FONDATION ROTARY CHANGENT DES VIES

01/01/2023 - Magazine n°833 Janvier 2023

La Fondation Rotary est l’institution privée qui octroie le plus de bourses d’études au monde. Ce programme, créé en hommage à Paul Harris, fondateur du Rotary qui venait de décéder, permet à des milliers d’étudiants de parfaire leurs connaissances dans un pays étranger.

Image LES BOURSES DE LA FONDATION ROTARY CHANGENT DES VIES

Né dans l’immédiat après-guerre, ce programme de bourses d’études avait pour vocation de sélectionner dans les districts des jeunes méritants et d’en faire de véritables ambassadeurs de bonne volonté. Ce programme est destiné à des étudiants non apparentés à un Rotarien. La découverte d’un pays étranger pendant au moins une année favorise la compréhension internationale et apparaît comme un vecteur de paix. Voici des exemples d’expériences de boursiers à travers lesquels est relaté leur devenir.

 

Yuko Osawa, aujourd’hui pianiste à Paris

« J’ai travaillé comme pianiste accompagnatrice et professeur de piano après mes études à Tokyo, bien que souhaitant devenir chef de chant. C’est un métier peu connu: un pianiste qui travaille avec les chanteurs lyriques pour les aider à préparer des rôles, les guider sur l’interprétation et la prononciation. Attirée par le répertoire français dont il y a peu de spécialistes au Japon, j’ai décidé de venir en France à 29 ans. Informée par une ancienne boursière, j’ai pu obtenir une bourse du Rotary (district 2570 Saitama) en 2017, une des rares bourses sans âge limite.

Ce district a la spécificité de préparer les futurs boursiers, à travers des présentations régulières, à la prise de parole en public, pour être prêt une fois à l’étranger. Les Rotariens m’ont chaleureusement aidée dans cette préparation et nous continuons à nous donner des nouvelles. Arrivée à Paris, j’ai été accueillie par le Rotary club Paris Alliance. J’ai participé à la vie du club en assistant aux réunions et en aidant lors d’événements comme la course Soli’run et la Banque alimentaire.

La bourse m’a permis de continuer mes études d’accompagnement au sein de l’École normale de musique de Paris. Soutenue par un professeur, dès 2017, j’ai occupé un poste de pianiste  accompagnatrice dans un conservatoire jusqu’à mon diplôme. Je suis maintenant intermittente du spectacle et continue à travailler dans des conservatoires.

Mariée à un Français et enceinte, mon séjour de deux ans est devenu permanent. J’espère que mon histoire montre à quel point une bourse aide à ouvrir de nouvelles portes ! »

 

Éric Métais, maintenant responsable d’attribution…de bourses

« J'ai découvert le Rotary en 1989, grâce à mon kiné membre du Rotary club Livry-en-Aulnoye (Seine-Saint-Denis). Il m'avait informé de la possibilité d'obtenir une bourse pour financer un séjour à l'étranger ; j'étais à l'époque en maîtrise de chimie et m'engageais dans un cursus de doctorat. J'ai obtenu une bourse pour partir en juillet 1994 jusqu'en septembre 1995 à Irvine, Californie. Mon cas était exceptionnel car je n'allais pas faire mes études, mais partais en post-doctorat, ce qui n'avait jamais été fait pour une « Ambassadorial Scholarship ». Sur les 20 000$ initialement prévus, j'ai été informé une semaine avant de partir que le montant avait été révisé à 4 000$, car je n'avais pas de frais d'étude. Cela ne m'a pas découragé, et je me suis débrouillé sur place en louant une chambre chez l'habitant qui m'a permis de développer ma seconde langue. J'ai obtenu une bourse de la Société Eli Lilly et un complément de salaire pour m'occuper des plus grands professeurs de chimie venus faire une conférence à l'université. Avant d'engager mon post-doctorat, le Rotary International estimait que 16/20 au TOEFL n'était pas suffisant pour être autonome sur place. J'ai donc suivi un mois à l'université d'Orange County pour obtenir le 9e niveau. Ce fut une extraordinaire expérience sur place. Mon parrain rotarien était français et patron d'un hôtel dans lequel se réunissait le Rotary club Newport-Beach-Irvine, composé d'une centaine de membres. Cette expérience m'a permis de me développer personnellement, d’accroître mes compétences professionnelles, multiculturelles. À mon retour, je me suis engagé dans une carrière industrielle en travaillant pour Sanofi à l'ESCOM, pour Rhône-Poulenc, Merck-Lipha puis chez L'Oréal depuis 20 ans. Je n'ai été sollicité pour intégrer le Rotary qu'en 2013, par le Rotary club Saint-Prix (Val d’Oise), à la suite d’une conférence sur le tennis handisport. J'ai été nommé secrétaire du club dès la première année, puis président l'année suivante. Je m'occupe à présent des projets à soumettre à la Fondation Rotary pour l'obtention des bourses de district pour mon club. Je suis actuellement ADG du district 1660 et accompagne les quatre clubs de mon secteur. Mon objectif est de relayer les valeurs rotariennes que mes différents parrains ont pu me transmettre ».

 

Guillaume Cassourret, pompier de Paris aguerri

Médecin militaire et pompier de Paris, Guillaume a suivi un Master de santé publique à l’université de Boston. Il s’agissait de compléter des compétences en accès équitable aux soins d’urgence, de développer ses capacités de leadership et de communication ciblées. Ce programme, dans un premier temps testé en situation à Paris, a été par la suite décliné à l’étranger, notamment dans des pays aux ressources limitées. Ceci afin d'améliorer la prise en charge et le traitement de maladies et de traumatismes en urgence.  Les frais d’études s’élevant à 32 000 $, la moitié a été prise en charge par les Rotary clubs Antony Sceaux et Colombes Bois Colombes La Garenne Colombes soutenus par le Fonds spécifique du district 1660 ; l’autre moitié a été financée par une subvention mondiale de la Fondation Rotary.

 

Un boursier, un garant

Afin d’assurer toute tranquillité matérielle, un Rotarien se porte garant du boursier pendant son séjour dans le pays. Il est en contact régulièrement avec le jeune, assure le lien avec le district et les autres clubs. Il permet aussi au boursier de connaître le Rotary et il est en mesure de lui organiser des visites de clubs.

 

Des bourses de clubs et de districts

Clubs et districts ont la possibilité de proposer différentes bourses d’études universitaires. Elles peuvent être financées par des fonds levés au niveau local ou par des subventions de district, voire mondiales de la Fondation Rotary. Alessandro Broli, étudiant en médecine, bénéficie d’une bourse offerte par le Rotary club Paris Alliance pour poursuivre son cursus à Paris ; « je développe en même temps un projet d’entreprise en créant une plateforme qui aidera à partir de 2023 des étudiants en médecine à se souvenir de toutes les connaissances acquises au cours de leurs années d’études. Un algorithme que j’ai créé avec un informaticien facilitera ce maintien des connaissances médicales et pluridisciplinaires ».

 

 

TEXTE DE CHRISTOPHE COURJON

 

Rechercher un club

la boutique s'abonner