LA FRANCOPHONIE, UNE RÉALITÉ ROTARIENNE EN QUESTION(S)

La récente demande de création d’un district entièrement francophone en Afrique de l’Ouest (voir Rotary Mag de novembre page 13) souligne le développement des effectifs dans cette région. Une expansion qui renforce le poids de la francophonie au sein du Rotary International, alors que celle-ci marque un recul dans sa terre d’origine.

Image LA FRANCOPHONIE, UNE RÉALITÉ ROTARIENNE EN QUESTION(S)

Les dernières statistiques du Rotary International montrent que 56 000 membres sont de langue française, soit 4,5% des effectifs mondiaux. La relative stabilité de ces chiffres depuis 30 ans masque une évolution géographique : le tassement des effectifs en France (- 5000) est compensé par la forte progression en Afrique. L’usage du français dans le monde rotarien reste cependant notoire eu égard à de nombreuses initiatives et programmes d’actions.

 

 

Le français, l’une des langues de travail du RI

 

L’anglais est la langue officielle du Rotary International. Espagnol, portugais, japonais, coréen et français sont les cinq langues qui bénéficient de toute une infrastructure de traduction et d’interprétariat au Rotary International. Des équipes de professionnels s’emploient au siège mondial d’Evanston (près de Chicago) et dans les bureaux régionaux tels que celui de Zurich, à fournir aux clubs toutes les documentations nécessaires. Ces prérogatives se constatent lors des conventions où chaque participant peut suivre les assemblées dans l’une de ces langues. C’est également le cas lors des principales rencontres telles que l’assemblée internationale où sont formés chaque année les 530 gouverneurs des districts du monde ou du conseil de législation, le parlement du Rotary où sont votés les amendements des statuts.

 

 

Un enrichissement réciproque

 

Au cours de la dernière conférence du district 1660, une table ronde a porté sur le thème « La francophonie, un vecteur de paix. » Parmi les intervenants, Indra Balassoupramaniane, présidente du Comité inter-pays (CIP) Canada-France, présidente du Rotary club Montréal Ville-Marie, a souligné l’enrichissement culturel qu’apporte le français dans un environnement largement anglophone. « Le Rotary club Montréal Ville Marie, fondé en 1990, a été le premier club francophone de Montréal, lequel a par la suite parrainé la création de trois autres Rotary clubs francophones, sans parler d’Interact et de Rotaract clubs. Nous avons obtenu que les réunions officielles organisées au niveau du district soient assurées dans les deux langues afin que les francophones puissent s’exprimer librement dans leur langue et être compris.» Répondant à un interlocuteur, Indra affirme « qu’il est important de créer de plus en plus de Rotary clubs francophones afin de faire venir davantage d’adhérents qui seront heureux de s’exprimer dans leur langue. » Afin de rapprocher les Rotariens des deux pays, la présidente du CIP Canada-France envisage une dictée partagée entre des Québécois et des Français du Sud-Ouest (district 1700). « Lue avec des accents québécois et toulousains, cette dictée montrera la diversité des peuples qui partagent notre langue » conclut-elle.

 

 

Des programmes rotariens qui valorisent la langue française

 

La culture française apparaît très attractive pour les candidats aux bourses de la Fondation Rotary et aux programmes d’échanges de jeunes : la France fait partie des trois premières destinations souhaitées par ces jeunes qui veulent étudier à l’étranger ou découvrir pendant un an une autre culture. Philippe Baumon, président du Centre rotarien de la jeunesse (CRJ), souligne « qu’en année normale, plus de 500 échanges de jeunes sur les 8 000 du monde ont lieu avec la France. » Un ratio très supérieur à celui des Français au sein du Rotary International …

 

Les Comités inter-pays (CIP) sont historiquement un vecteur favorisant la langue française à travers des échanges amicaux et des actions internationales. Cyril Noirtin, président du conseil exécutif des CIP, rappelle le rôle des Français dans la création du premier CIP au monde qui a rapproché en 1931 des Rotariens français et allemands. « Il y a deux langues officielles aux CIP : l’anglais et le français, alors que seul l’anglais est langue officielle du Rotary International ; beaucoup de CIP dans le monde comptent au moins un pays francophone, même si de nombreuses et récentes créations concernent des pays asiatiques » précise-t-il.  Ces Comités inter-pays agissent dans des domaines aussi variés que les rencontres culturelles, les stages pour jeunes ou l’action humanitaire. La catastrophe de Beyrouth a entraîné un grand élan de solidarité rotarienne, notamment coordonné par le CIP France-Liban. Ces actions portent souvent sur le soutien à des institutions qui prodiguent un enseignement en langue française.

 

Les gouverneurs en exercice, anciens et futurs, du monde francophone, se rassemblent au sein du Codifam (voir Rotary Mag d’octobre 2021 page 12). Cette association propose de l’information à toutes les promotions de gouverneurs et apparaît comme un centre de réflexion et de proposition pour le Rotary du futur. « Le Codifam a demandé à Roger Lhors, administrateur du Rotary International, d’intervenir pour que le français reste l’une des langues de travail du Rotary » explique Pierre Jachez, président de cette amicale.

 

 

Il est nécessaire que le français demeure l’une des langues de travail du Rotary International, ce qui n’est pas évident dans la mesure où des langues comme l’allemand ou l’urdu sont à présent plus parlées que le français au Rotary. Il en sera de même dans l’avenir avec le mandarin. Compte tenu des coûts très élevés des traductions et interprétariats, le Rotary International ne pourra certainement pas ajouter une ou plusieurs langues de travail.

Seuls un développement des effectifs et un dynamisme des Rotariens de langue française pourront affermir le fait francophone au Rotary. Un pari tout à fait réalisable, car impossible n’est pas français.

 

 

Ils comptent le plus de clubs de langue française

 

France (dont l’Outremer) : 1120

Belgique : 142

Maroc : 54

Suisse : 48

Tunisie : 44

Canada : 42

RDC : 37

Côte d’Ivoire : 36

Bénin : 30

Haïti : 23

 

 

 

 

Des Rotary clubs francophones improbables

 

Il existe des Rotary clubs de langue française dans des pays non-francophones :

 

Afrique du sud : RC Le Cap des tempêtes

Chine : RC Shanghai Élysée

Égypte : RC Le Caire Champollion

Portugal : RC Lisboa International. RC Lagoa francophone

Thaïlande : RC Pattaya Marina

Turquie : RC Istanbul Pera

Ukraine : RC Kiev Balzac

 

 

TEXTE DE CHRISTOPHE COURJON