Journée du Rotary aux Nations Unies

26/12/2018 - L’exemple par la jeunesse

Après Genève et l’Europe en 2018, pour la deuxième fois consécutive, la journée du Rotary aux Nations Unies s’est déportée de New York sur un autre continent. C’est en Afrique, à Nairobi, que la manifestation a pris un relief exceptionnel. Elle consacrait une invitation originale à célébrer les initiatives de jeunes de moins de 35 ans, devant les défis émergents. Texte de Régis Allard

Image Journée du Rotary aux Nations Unies

De nombreux dirigeants et membres du Rotary s’étaient déplacés à Nairobi pour faire honneur à la relation de longue date entretenue entre les Nations Unies et le Rotary, se souvenant de l’apport de nombreux Rotariens à la création de l’instance internationale. L’invitation à cette journée était particulière et devait célébrer la jeunesse au travers du thème :

 

« L’innovation dirigée par les jeunes : élaborer des solutions pour répondre aux défis émergents."

 

C’est à Nairobi que se trouve le siège des Nations Unies pour l’Afrique. La capitale du Kenya est un chef de file reconnu en matière d’attractivité pour l’innovation et le leadership en Afrique. De jeunes leaders sont régulièrement attirés par la capitale kenyane et, notamment, son pôle technologique. Nairobi joue un rôle de plus en plus important, dans le domaine de l’environnement et ne pouvait donc représenter meilleur lieu pour ce rassemblement. La participation devait le démontrer, puisque 950 personnes avaient répondu à l’invitation formulée ! Ils étaient venus avec des responsables des Nations Unies et des experts humanitaires pour encourager les stratégies innovantes destinées à relever les défis majeurs, contenus dans les 17 objectifs des Nations Unies en matière de développement durable.


En présence de Barry Rassin, président du Rotary International, de Sushil Kumar Gupta, président nommé, Michèle Berg, secrétaire générale adjointe du RI, l’assistance était composée, pour plus de la moitié, de jeunes de moins de 35 ans. Ils ont été accueillis par Hanna S. Tetteh, Directrice générale des Nations Unies à Nairobi, qui dirige aussi le département environnement de l’ONU.

 

Un programme à la hauteur de l’évènement


Parmi les intervenants, on devait reconnaître Erik Solheim, qui est, depuis 2016, le directeur exécutif d’ONU Environnement. Ancien ministre de l’environnement et du développement en Norvège, il a connu une grande carrière internationale, avant même sa prise de fonction aux Nations Unies. Durant son mandat de ministre, l’aide publique au développement de la Norvège a atteint une proportion de 1% du RNB, la plus élevée au monde. M. Solheim est également un négociateur expérimenté pour la paix, et a joué un rôle de médiateur de premier plan lors du processus de paix au Sri Lanka.
Salome Gitoho, représentante du Rotary auprès de l’ONU Habitat, et Joe Otin, représentante du RI auprès de l’ONU Environnement, avaient eu en charge l’organisation et l’animation de la journée.
Les sessions générales et les ateliers ont abordé les objectifs de développement durable des Nations Unies, la révolution technologique et l’implication des jeunes pour inciter le changement, ainsi que le rôle du Rotary dans ce type d’engagements. Une session spéciale consacrée à l’environnement devait mettre l’accent sur l’importance du développement durable et proposer des actions concrètes que les générations futures pourront mettre en œuvre pour assurer un avenir sain.


Tous les mois, à l’échelle de la planète, un million de jeunes arrivent sur le marché du travail. Le monde est devenu un défi pour eux, sans compter les articulations des réalités économiques avec les éléments caractéristiques du développement durable. De nouvelles voies doivent être trouvées et imaginées, et elles appartiennent surtout à la jeunesse, selon l’un des intervenants, qui devait d’ailleurs insister sur l’indispensable implication des jeunes : « il faut arrêter de dire que les jeunes rêvent trop ; ils ne rêvent pas assez ! ».


Les Nations unies se sont d’ailleurs mobilisées dans leur Plan Jeunesse 2030 à prendre en compte les problématiques spécifiques liées à la jeunesse, concilier le développement durable avec les réalités inhérentes à la sécurité des personnes, et bien sûr définir des objectifs de stabilité et de paix dans le monde. Le Rotary devait affirmer sa volonté d’avoir un impact sur ces enjeux, dans le domaine de l’éducation notamment. Une question fondamentale est en effet posée : comment innover, si, dans le champ de l’éducation, on manque effectivement certes de moyens de base, mais également de moyens destinés à l’imagination créative et son inclusion dans les défis environnementaux, comme plus globalement, humanitaires ? Autant de questions qui sont venir servir le travail en ateliers, répartis en trois thématiques : l’impact des technologies sur les prises de décision, le mentorat intergénérationnel et l’implication de jeunes leaders dans les choix d’avenir. Des sujets forts qui ont amené de nombreux témoignages d’actions concrètes, dont il est impossible de rendre compte devant tant de richesse ! Il est clair que le continent africain représente un exemple d’engagements qui témoignent de sa grande sensibilité devant les questions environnementales.

 

Une interactivité des conférences avec les expositions


Dans le même temps, et pour la première fois, l’événement a aussi proposé une exposition de l’innovation au cours de laquelle des clubs, des entreprises et d’autres organisations ont présenté des projets humanitaires et des technologies de pointe, destinées à relever les défis auxquels nous sommes confrontés. On pouvait noter sur les stands de nombreux clubs Rotaract et Interact qui rendaient compte de leurs implications et qui recherchaient des partenaires pour de nouveaux projets. Dans une ambiance festive, ponctuée par le rythme des musiques également présentes, une foire aux projets signifiait également tout le dynamisme constaté tout au long de cette journée du Rotary aux Nations Unies, dans une unité de conscience, de mobilisation et d’implication.

 

La reconnaissance du Rotary pour six jeunes lauréats


Six volontaires de moins de 35 ans ont été reconnus et déclarés « Personnes d’action du Rotary : jeunes innovateurs ». Jeunes leaders impliqués dans l’innovation et le service à la collectivité, ils ont tous comme point commun d’avoir réussi, avec beaucoup de pugnacité, des actions d’envergure qui s’inscrivent dans le développement durable, au sens premier du terme. Croissance économique et contraintes de l’environnement, leurs répercussions sur la société, tout comme l’offre faite aux générations futures sont autant de références qui les ont inspirées. Il n’y pas meilleure prise en compte dans ces projets et réalisations primées et qui ont valu la reconnaissance du Rotary. Elles correspondent parfaitement à la définition donnée par les Nations Unies sur la question de développement durable, dès 1987, date des premiers débats sur ces sujets au sein de l’organisation. Salués par les 950 participants en provenance du Kenya, d’Afrique et du monde entier, les jeunes lauréats ont pu présenter leurs projets et exprimer leur ouverture au monde et leur désir de porter concrètement un changement positif auprès de la communauté élargie à la planète toute entière.

 

> En savoir + sur les "Personnes d'action du Rotary : jeunes innovateurs " :  Découvrir les profils des lauréats 2018

Dans la même rubrique

Image  CHAQUE MEMBRE EST LE LIEN ENTRE L’IDÉAL DU ROTARY ET SA PROFESSION

26/12/2018 - BARRY RASSIN

CHAQUE MEMBRE EST LE LIEN ENTRE L’IDÉAL DU ROTARY ET SA PROFESSION

  L'action professionnelle, qu'il est parfois difficile de définir, répond néanmoins à…

Lire
Image Le Rotary connecte le monde

15/01/2019 - Marc Maloney, président élu…

Le Rotary connecte le monde

15 Janvier - Mark Maloney, membre du Rotary club de Decatur (États-Unis) a dévoilé  son…

Lire