Ils mettent à l'honneur les valeurs du Rotary

ENSEMBLE DES DISTRICTS - Ethique professionnelle

Depuis 15 ans, les districts français du Rotary se réunissent, avec le parrainage de la Conférence des Grandes Écoles et sous le patronage de l’UNESCO, afin d’organiser un concours national de promotion de l’éthique professionnelle. Ce concours veut avoir un impact sur l’avenir en participant à la réflexion des jeunes leaders de demain et les aider à construire leur monde. Texte de FRANÇOISE DURAND

Image Ils mettent à l'honneur les valeurs du Rotary

Très motivés, 84 établissements universitaires participent en 2018/2019 à ce concours, à l’appel des 18 districts français. En effet, déjà sensibilisés aux questions d’éthique, de nombreuses universités et grandes écoles ont mis en place un comité d’éthique pour apprécier les thèses de doctorat et éviter les plagiats. L’accueil qu’elles réservent au concours est pour le Rotary une belle façon de mettre en valeur ses actions et ses principes.

Cette année, les sujets traités dans les 38 essais sélectionnés par les districts sont tous d’une actualité évidente : santé et recherche médicale, technologie et intelligence artificielle, management et qualité de vie, environnement hypermédiatisé, bien-être animal, conservation de la planète, etc.  Tous les participants font preuve d’implication, de réflexion et d’envie de participer au monde d’aujourd’hui et de demain.

Autre caractéristique : les six axes stratégiques de la Fondation Rotary dans l’esprit de servir.

 

Un concours qui réunit les districts

 

Le coordonnateur du concours, Pierre Jachez, vit en 2019 sa première présidence nationale du concours. Après un gouvernorat dans le district 1680, il explique pourquoi il a souhaité s’impliquer dans son organisation :

« La promotion des Gouverneurs 2017/2018 avait mis l’accent sur l’éthique au point de proposer dans chaque district la création d’un Comité d’Éthique. Président d’EM Strasbourg Partenaires, j’avais déjà été sensibilisé à l’éthique qui fait l’objet d’une journée de réflexion à l’attention des étudiants. »

Composé de 10 Rotariens universitaires et managers de différentes régions, le jury national a lu et analysé selon les mêmes critères, les mémoires présentés anonymement par les districts à la suite de la sélection de jurys régionaux. Le jury national a couronné trois essais présentés par les districts 1730, 1640 et 1780, en présence des gouverneurs des districts candidats et des étudiants.

 

Des lauréats très impliqués dans la réflexion sur leur engagement professionnel 

 

Après avoir vu vieillir son arrièregrand-mère, Serena Romani, en postinternat en gériatrie à la faculté de médecine Nice Sophia Antipolis, bâtit une réflexion sur « La vieillesse est-elle réellement un naufrage ? ». S’appuyant sur le concept actuel d’âgisme, développé par l’OMS pour définir un préjugé contre une personne en raison de son âge, Serena porte son étude sur la façon dont la personne âgée est regardée par les autres. Tout comme il est désormais accepté communément que l’enfant n’est pas un adulte en miniature, la personne âgée doit être considérée comme une personne autre qu’un adulte afin de pouvoir bénéficier d’une meilleure qualité de vie. Le médecin soigne des polypathologies, veille à prendre en compte les effets secondaires et agit avec la menace permanente de l’échec.  Le travail de Serena fait prendre conscience des questionnements complexes auxquels le gériatre et les soignants sont confrontés quotidiennement.

 

Étudiants à la faculté de médecine de Rouen Normandie, Julien Lelandais et Roxane Pruvost, se penchent sur « Éthique, pratique médicale et recherche : l’éthique médicale peutelle être un frein à la recherche ». Vaste thème qu’ils rencontrent tous les deux dans leurs études et leurs laboratoires : la recherche doit-elle chercher à soigner ou à développer des connaissances ? Le principe de précaution qui conduit à développer des expérimentations sur des animaux n’amène-t-il pas les chercheurs à trop de prudence et à éloigner la guérison de certaines maladies ?

 

 

Quant à Jeanne Awa Ba, étudiante à Grenoble École de Management, c’est lors de son stage de master chez un gestionnaire de fonds qu’elle découvre « L’intégration des critères ESG : la nouvelle quête du graal des investisseurs ». Ce sigle international est utilisé par la communauté financière pour désigner les critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) qui constituent généralement les trois piliers de l'analyse extrafinancière. Ils sont pris en compte dans la gestion socialement responsable. Jeanne s’appuie sur la crise de 2008 au cours de laquelle les fonds d’investissement socialement responsables ont connu de meilleurs résultats que les autres. Très impliqué dans son époque, son discours relativise celui du prix Nobel Milton Friedman, qui déclarait que l’ESG dégradait la performance financière.

 

Tous très différents, ces mémoires portent la marque de la réflexion personnelle de ces étudiants, prêts à s’investir dans une vie professionnelle en toute conscience. Pour eux, comme pour les Rotariens, il ne suffit pas de maîtriser les techniques de son métier ; pour appartenir aux leaders de demain, il est indispensable de prendre la pleine mesure de ses actes professionnels et d’en estimer la portée pour soi et pour la société.

 

Le concours national pour la promotion de l’éthique professionnelle 2019/2020 sera lancé à la prochaine rentrée universitaire. https://concours.ethique.rotary-cge.org

 

 

 

La Conférence des Grandes Ecoles est constituée de 3 Collèges : « Grandes Écoles publiques privées ou consulaires », Entreprises » et « Organismes » directement concernées par la formation et l’enseignement supérieur.