L’ART AU SERVICE D’UNE ŒUVRE

Un grand projet de plantation d’arbres fruitiers au Mali, conduit par le Rotary club Paris Champs Élysées, puise son financement par une vente originale d’œuvres d’art. L’engagement de tout un club dans une collecte de fonds très rémunératrice.

Image L’ART AU SERVICE D’UNE ŒUVRE

Le catalogue, dans sa version papier ou numérique, est impressionnant : il détaille des œuvres réalisées par Bruno de Panafieu, architecte et artiste, décédé l’an dernier. Sculptures, peintures, patchworks, masques, calligraphies et bijoux sont proposés afin d’aider plusieurs villages maliens à développer des plantations d'arbres fruitiers et à participer ainsi à l'élaboration d'une muraille d'arbres fruitiers au pays Dogon*. Une volonté du défunt, mise en œuvre par son épouse Christine, membre du Rotary club Paris Champs Élysées.

 

De la galerie parisienne au site internet

Avec le soutien du club est créée l’association 3D - Don pour un Développement Durable – structure juridique spécialement dédiée à cette action. Lors de la phase 1 de l’action, les œuvres sont exposées dans une galerie d’art de la rue de Beaubourg (Paris IVe) du 24 au 26 septembre dernier. Coup de chance, les expositions publiques sont autorisées à ce moment et le public défile, achète, contribue volontiers à cette action destinée à soutenir des communautés villageoises en pays Dogon. Pour la phase 2 de l’action, la vente qui débute en mai 2021 a lieu uniquement par internet. Elle est dopée grâce à l’imagination des Rotariens.

 

Le concours de tout un club

« L’ensemble des membres du Rotary club Paris Champs Élysées a apporté son aide, sous toute forme » explique Christine de Panafieu, précisant que « certains ont mesuré les œuvres, les ont photographiées, emballées, alors que d’autres se sont relayés lors de l’exposition dans la galerie d’art ». La préparation de l’exposition a demandé l’expertise de chacun, en particulier pour l’élaboration du catalogue ainsi que le site internet dédié. Utiliser son carnet d’adresse est déterminant pour réussir une telle vente. Une parente de l’artiste décédé réalise bénévolement le catalogue, d’autres artistes sont sollicités pour offrir quelques-unes de leurs œuvres afin d’étoffer cette vente. Certains sont cotés, d’autres pas, cette vente est l’occasion pour ces derniers de se faire connaître. Parmi les relations sollicitées, un marchand d’art accepte d’envoyer à l’ensemble de ses contacts habituels le lien de cette vente, ce que fait également un spécialiste de l’immobilier haut de gamme.

L’important travail de contacts et l’utilisation des réseaux fonctionnent : des personnes, Rotariennes ou non, achètent des œuvres depuis les États-Unis, le Canada ou les Pays-Bas ; cette action destinée au Mali est vraiment internationale !

Les résultats sont là : les fonds permettent de poursuivre un projet dont le coût total est de 50 000 €. Christine de Panafieu précise que « la solidité du projet et les premiers résultats des ventes permettront au Rotary club Paris Champs Élysées de solliciter prochainement une subvention du district 1660 ainsi qu’une subvention mondiale (Global grant) à la Fondation Rotary ». Le montage d’une telle action est tout un art !

 

Contact : christine@panafieu.com

http://www.rotary-paris-champs.fr/628_p_56307/arbres-fruitiers-au-pays-dogon.html

 

*Action détaillée en page 8 de ce numéro, dans l’article consacré au reboisement dans le monde.

 

En mémoire de Bruno de Panafieu

Architecte de métier, sa passion l’a conduit à la sculpture, à la peinture, au meuble et au bijou. Son attrait pour la sociologie, sa fascination pour les civilisations d’Afrique l’ont mené au pays Dogon où il avait sa maison, et des enfants adoptifs avec son épouse Christine.

 

TEXTE DE CHRISTOPHE COURJON