UN NUMÉRO 800 QUI FAIT DATE

Le 1er juillet 1952, était lancé le premier numéro d’un mensuel qui célèbre ce mois sa 800e parution. Regard sur le passé, mais surtout vers l’avenir de cet outil de communication qui rassemble la majorité des Rotariens francophones du monde et qui ne cesse d’évoluer, avec le concours de ses abonnés. TEXTE DE CHRISTOPHE COURJON

Image UN NUMÉRO 800 QUI FAIT DATE

800, c’est le couronnement de Charlemagne, seule date retenue de l’histoire médiévale par la plupart des Français. Avril 2020 est plus modestement une nouvelle borne franchie dans le service rendu par l’Association Le Rotarien, société éditrice de votre mensuel depuis sa naissance. Un simple magazine à l’origine, bien davantage aujourd’hui.

 

 

Un projet planétaire

 

Rotary Mag est l’un des 30 magazines « régionaux » reconnu par le Rotary International, pour informer ses lecteurs. La spécificité de notre mensuel est d’être le seul titre unilingue à connaître une diffusion sur les cinq continents, hormis le magazine The Rotarian édité par le Rotary International. S’il existe en effet une demi-douzaine de titres en langue espagnole ou anglaise dans le monde, Rotary Mag réussit à fédérer les Rotariens de 35 pays aussi divers que Madagascar, le Burkina Faso, le Liban ou la France. Les nombreuses informations publiées sur les actions entreprises par les Rotary clubs de ces différents pays démontrent la vitalité de la francophonie sur le continent africain. Le magazine a d’ailleurs souvent véhiculé des idées reprises par des clubs de toutes les contrées du monde : Mon sang pour les autres, Dictée du Rotary afin de sensibiliser le public à l’illettrisme, avant-première de film pour financer la recherche médicale, etc.

De plus, au-delà de l’exemplaire reçu dans votre boîte aux lettres, s’est développée toute une gamme de services dont bénéficie chaque Rotarien.

 

 

Une histoire parsemée d’échanges d’idées

 

Le magazine est depuis son origine la tribune de grands sujets économiques et de société. La lente construction européenne a fait l’objet de très diverses publications, depuis l’époque de la CECA* jusqu’au Brexit, émanant de Rotariens de l’ensemble du vieux continent, dont le point culminant fut le numéro spécial d’août 1990 entièrement dédié à l’intégration de l’union. L’archiduc Otto de Habsbourg, député européen et fils du dernier empereur d’Autriche, fut le rédacteur le plus remarqué par son plaidoyer en faveur de la langue française « à condition que les Français comprennent eux-mêmes l’importance de leur langue. » Ce numéro spécial fut reproduit par le magazine germanique peu après, avec la même couverture. Des sujets historiques ont suscité de vives réactions, en particulier sur la période de l’Occupation, la catastrophe du barrage de Malpasset, voire l’Inquisition ! Abolition de la peine de mort en France, mariage pour tous ont été abordés dans les colonnes du magazine avant que ne soient votées les lois afférentes : le courrier des lecteurs fut particulièrement fourni, et il fallut parfois calmer les esprits… Des sujets rotariens ont passionné durablement nos lecteurs, en particulier sur l’admission des femmes dans les clubs : le magazine a laissé libres les expressions argumentées, préparant les Rotariens à la mixité votée en 1989 par le Conseil de législation du Rotary International.

 

 

L’imagination contributive des Rotariens

 

À toute époque des Rotariens ont apporté une touche personnelle : des cruciverbistes ont créé des mots croisés aux définitions rotariennes, des gourmets ont proposé des recettes de cuisines personnelles, des littéraires ont encouragé certaines lectures ; la multiplication des voyages a entraîné l’envoi de photos remarquables, publiées sur toute une page de couverture ; on connut même une « chasse » aux clichés rotariens, au point de publier tous les mois une photo d’un monument rotarien sur une place publique, une rue « Paul-Harris » ou un semi-remorque logoté au nom du Rotary.

Des caricatures et dessins ont agrémenté pendant des années certains articles rotariens ou de culture générale, afin de répondre favorablement à la demande de lecteurs estimant les textes « trop sérieux ».

Des années 1950 où le rédacteur en chef à temps partiel devait réaliser pratiquement seul un bulletin très interne en noir en blanc, jusqu’à notre époque où interviennent à tous les niveaux professionnels et bénévoles, que de chemin parcouru !

 

 

Une participation indispensable de ses abonnés

 

Il n’est pas possible d’éditer chaque mois un magazine qui sur ses 64 pages comporte plus de 30 pages d’informations rotariennes sans l’implication des clubs. Ceux-ci fournissent des comptes-rendus d’actions agrémentés de photos qui relatent l’intérêt public d’un projet concrétisé ; il ne s’agit pas d’autosatisfaction, mais d’une information sur une action réalisée au bénéfice d’autrui. Lorsqu’une action apparaît particulièrement originale ou de grande ampleur, il est possible de la diffuser sur une double page : cette quintessence est limitée à seulement deux actions par mois, et la qualité de la photo redouble d’importance !

Plusieurs enquêtes montrent que les Rotariens apprécient les articles culturels à caractère professionnel, plutôt que des articles historiques ou littéraires : chaque club est invité à nous transmettre le texte entier des conférences estimées les plus intéressantes, en vue d’être publié sur quatre pages dans la rubrique « Conférence ». Là encore, l’aspect de Rotariens professionnels qui excellent dans leur métier prévaut.

Le magazine est lu par de nombreuses personnes extérieures au Rotary et joue aussi un rôle de communication externe. Pour cette raison, il est souhaitable qu’un maximum d’abonnés donnent une seconde vie à l’exemplaire reçu en l’offrant à un non Rotarien ou en le posant dans une salle d’attente. Communiquer sur le Rotary est l’affaire de chacun !

Certains clubs commentent chaque mois le dernier numéro de Rotary Mag. En quelques minutes, le préposé fait une synthèse des articles rotariens et culturels, donnant parfois une préférence pour tel ou tel sujet traité. S’en suit une discussion au cours de la réunion statutaire toujours constructive ! N’oublions pas que le magazine n’est pas réservé aux seuls Rotariens : nombreux sont les Rotary clubs qui souscrivent un abonnement en faveur de personnalités locales, de journalistes ou de conjoints de Rotariens décédés. Offrir un abonnement à un membre d’honneur est un double cadeau pour lui : non seulement il s’agit d’une marque de considération, mais son nom et coordonnées peuvent figurer dans notre annuaire, comme pour tout membre actif.

 

 

Une présence aux grands événements

 

Rotary Mag maintient le contact avec les Rotariens, lors de rencontres internationales telles que les conférences présidentielles et surtout les Conventions mondiales ; dans la plupart d’entre elles, un stand à la Maison de l’amitié accueille les Rotariens, ce qui permet de recueillir impressions, critiques et conseils. Ces discussions avec le lectorat sont le meilleur des sondages ! Une réception réunissant les francophones est souvent organisée par Rotary Mag lors des Conventions, ce qui est toujours un grand moment marqué par des amitiés naissantes et parfois le point de départ d’une action internationale.

 

Votre magazine peut aussi être présent à un événement original conduit par un club ou d’une dimension particulière : il suffit d’en aviser suffisamment tôt Rotary Mag en vue d’un possible reportage. Si le magazine ne peut pas être représenté, toutes les indications seront données afin de mettre en lumière cet événement exceptionnel.

Que chaque club réfléchisse à sa communication à l’occasion de ce 800e numéro : nous sommes tous Rotary Mag !

 

*CECA : Communauté économique du charbon et de l’acier (point de départ en 1952 de la construction européenne)

 

Des abonnés dans toutes les parties du monde

 

France métropolitaine : 30 000

DOM-TOM : 1 000

Afrique : 3000

Autres : 1 000

 

 

 

 

Une continuité en plusieurs titres

1924-1928 : Les Rotary clubs de France

1929-1940 : Le Rotary

1947- 1948 : Rotary club

1949-1952 : Servir

1952- 1964 : Le Rotarien français

1965- 2018 : Le Rotarien

Depuis juillet 2018 : Rotary Mag

Dans la même rubrique

Image LES CLUBS DE CÔTE D’IVOIRE UNIS FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

01/04/2024 - Magazine 848 - Avril 2024

LES CLUBS DE CÔTE D’IVOIRE UNIS FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Organisée par le Rotary club Abidjan Horizon, présidée par Lydie Ahoussy et placée sous la…

Lire

Rechercher un club

la boutique s'abonner