AGIR POUR DES ENFANTS MALADES, LE NEZ DANS LE GUIDON

3587 est le kilométrage affiché au compteur de René Fontaine, membre du Rotary club Barcelonnette, qui vient de sillonner la France à vélo pour sensibiliser le public à des maladies subies par des enfants et collecter des fonds en faveur de la recherche médicale.

Image AGIR POUR DES ENFANTS MALADES, LE NEZ DANS LE GUIDON

« Une belle aventure », c’est par ces trois mots que René Fontaine résume son parcours de 48 jours, du 16 août au 2 octobre, à travers une ligne Barcelonnette-Brest, aller-retour. Un an auparavant, il avait hébergé à son domicile Philippe Sudres, alors président du Rotary club Toulouse-Sud, qui effectuait un tour de France à vélo le long des frontières (6000 km) afin de collecter des fonds en faveur d’enfants malades (voir Rotary Mag de décembre 2020, pages 54 et 55). Une rencontre décisive pour ce Rotarien qui n’avait jamais réalisé un long parcours cycliste.

 

 

Une minutieuse préparation

 

Le goût de l’effort et le souci du détail caractérisent ce pâtissier-chocolatier, Meilleur ouvrier de France (MOF). « J’ai commencé à faire du vélo à 60 ans et effectue 5000 à 6000 km par an ; dans le mois qui a précédé mon départ pour le périple, je me suis entraîné chaque jour à grimper 600 m de dénivelé, ce qui a été très utile en particulier pour la première étape, de Barcelonnette à Nice qui compte 27 km de montée » explique-t-il. Un examen médical lui a confirmé sa bonne forme et son aptitude à pédaler sur de longues distances, à travers tous les reliefs de France.

Sept mois de préparation sont nécessaires pour trouver des sponsors, réaliser une communication, contacter des dizaines de Rotary clubs dans les villes étapes.

 

 

Le soutien de Rotariens tout au long du parcours

 

Le Rotary club Barcelonnette est le premier à soutenir son initiative, lui facilitant la recherche d’entreprises partenaires. Corinne Reynaud, membre de ce club des Alpes-de-Haute-Provence, assure la communication, depuis la réalisation du flyer jusqu’aux informations transmises sur les réseaux sociaux avant et pendant le parcours. « J’ai été hébergé tout au long du voyage soit au domicile de Rotariens, soit dans un hôtel à l’invitation du Rotary club de la ville étape. Partout les Rotariens m’ont convié à dîner, chez eux, au cours d’un barbecue ou au siège du club. » Un seul club n’a pas été en mesure d’accueillir René parmi les 48 villes où il s’est arrêté. René mesure la chaleur humaine des Rotariens sous diverses formes : à Montauban, il est tout surpris lorsqu’un membre lui prend son pouls, comprenant rapidement que ce Rotarien est cardiologue et s’inquiète de sa santé. Dans une autre ville, une charmante Rotarienne l’invite à la suivre, à se dévêtir et s’allonger ; vous l’avez compris, cette personne tient un salon de massage et offre au courageux cycliste ses compétences en relaxation.

 

Des Rotariens accompagnent presque tous les jours René à vélo, rejoints par des cyclistes non Rotariens venus encourager cette initiative en faveur d’enfants malades : « 46 cyclistes m’ont accompagné lors de la première étape dans les Alpes, la plus dure de toutes, ce qui a été très motivant. » René échange au total 85 fanions de son club avec les Rotary clubs qui viennent à sa rencontre et l’épaulent d’une manière ou d’une autre.

 

 

Pédaler pour les enfants malades

 

Les causes défendues lors de cet exploit sportif sont la lutte contre le cancer pédiatrique ainsi que la recherche sur le syndrome de Joubert, maladie orpheline neurologique. À la question « pourquoi choisir ces deux causes plutôt que de participer à l’éradication de la polio, action majeure du Rotary International ? », René répond qu’il connaît personnellement les familles de deux fillettes - Élise atteinte d’un cancer des os et Nolwënn qui souffre du syndrome de Joubert. Les dons, estimés à 25 000 € car ils continuent d’affluer, seront reversés à l’hôpital Lenval de Nice et à l’hôpital Trousseau de Paris.

« Je n’ai pas collecté d’argent lors de mes passages dans les différentes villes, mais les Rotary clubs rencontrés et des particuliers ont envoyé des fonds au Rotary club Barcelonnette qui centralise toujours les dons. »

 

 

Une médiatisation quotidienne

 

Ouest France, La Montagne, Le Dauphiné libéré, La Provence, Le Télégramme de Brest…René connaît à présent une grande partie de la presse régionale française ; une cinquantaine d’articles de presse lui est consacrée, relatant son objectif et la solidarité des Rotariens. René répond aux interviews presque quotidiennement. Le parrainage de Valérie Fignon, épouse du vainqueur du Tour de France, de Sophie Anquetil, fille du cycliste français le plus titré de l’histoire, et de Patrick Montel, célèbre journaliste sportif, appuient la communication lors de ce périple. « À Thiers, j’ai eu la joie d’être accompagné par Laurent Brochard, ancien champion du monde professionnel sur route,12 fois sélectionné pour le Tour de France ». L’emblème du Rotary figure, comme tous les sponsors, sur la voiture suiveuse conduite par son ami Alain Murat, lequel a pris près de 2 000 photos en route ; équipé d’un gyrophare orange, ce véhicule protège le cycliste qui pédale devant. Un tel parcours ne s’improvise pas !

 

René a eu beaucoup de chance avec la météo car il n’a affronté que trois jours de pluie (consécutives) sur les 48 journées d’efforts. « Je n’ai subi aucune crevaison et n’ai rien perdu, hormis 4 kg de mon poids !) René a en effet dû être raisonnable chaque jour, invité à se restaurer par les Rotariens suivant les spécialités locales, que ce soit du foie gras du Périgord, des huîtres de Bretagne ou de la potée auvergnate… Fort heureusement, rien n’a été considéré comme produit dopant.

 

Contacts :

Mail : fontainerene@hotmail.fr

Site web : www.rotarybarcelonnette.fr

 

 

Quelques chiffres

 

3587 km

48 étapes

21 Sponsors

50 articles de presse

25 000 € environ recueillis

 

 

Un périple mis en ligne

 

Il était possible de suivre le parcours de René Fontaine sur la carte mise en ligne sur le site www.rotarymag.org pendant tout le temps du défi sportif.

 

 

Une amicale rotarienne de cyclistes

 

Fellowship Cycling to Serve (FCS) est une amicale internationale qui rassemblent des Rotariens participant à nombre d’événements, notamment en faveur d’End polio now.

www.cyclingtoserve.org

 

 

TEXTE DE CHRISTOPHE COURJON