SE DÉPASSER PAR LE HANDISPORT

Les prochains Jeux Paralympiques qui devraient se dérouler cet été à Tokyo rappellent l’importance du sport pour des personnes en situation de handicap. Des pratiques soutenues à tous les niveaux par les Rotariens qui offrent des moyens spécifiques et s’investissent lors de rencontres sportives.

Image SE DÉPASSER PAR LE HANDISPORT

Micheline, tu as changé ma vie ! est le titre de l’ouvrage autobiographique de Patrick Moyses présenté dans la rubrique Marque page du numéro de novembre dernier de Rotary Mag. Entraîneur de l’équipe de France de handbike après avoir atteint les sommets mondiaux dans quatre disciplines (natation, ski nordique, course-fauteuil, handbike), Patrick Moyses est membre du Rotary club Mulhouse Rhin. Il explique que « le sport offre à des personnes en situation de handicap la possibilité de trouver ou retrouver une place dans la société. Après un accident, c’est un moyen de rebondir car l’isolement et l’oisiveté sont pires que tout. »  Il constate que les facilités de loisirs sur internet ou à travers de multiples chaînes de télévision favorisent l’isolement et qu’il faut absolument convaincre les jeunes en situation de handicap de se lancer dans le sport. Devenu Rotarien en 2003 après que son club d’éveil au sport a bénéficié d’une action de l’Interclubs Service de Mulhouse, Patrick se réjouit de constater l’intérêt que portent beaucoup de Rotary clubs au développement du sport chez les personnes durement touchées dans la vie.

 

 

Des matériels adaptés offerts

 

Ensemble, pagayons contre le handicap ! Depuis deux ans, le Rotary club Tonnay Charente Estuaire (Gironde) organise "La remontée de l'estuaire du Rotary". Cette randonnée nautique, ouverte aux embarcations non motorisées, propose un parcours de 14 ou 25 km sur la Charente pour découvrir cet espace naturel classé Grand site de France. Les fonds récoltés permettent l’acquisition d’un palan qui facilite l’accessibilité aux sports nautiques à des personnes en situation de handicap. Ce mécanisme permet au Club nautique rochefortais de proposer à présent une grande variété de disciplines : paddle, pirogue, voilier, etc. Certains sports nautiques exigent des embarcations adaptées, comme le bateau handisport conçu pour des régates, offert par le Rotary club Mâcon. Financé par la vente de milliers de gaufrettes mâconnaises, de vins ainsi que par des contributions d’entreprises contactées par des Rotariens, ce bateau permet à des sportifs de concourir à toute sorte de compétition d’aviron.

 

Sur terre, des actions rotariennes offrent la possibilité de pratiquer des sports très variés, comme l’équitation ou l’escrime. Monter sur un cheval est devenu beaucoup plus facile dans la Nièvre grâce à l’acquisition d’un lève-cavalier et de matériels de maintien en selle adaptés, procurés par le Rotary club Nevers Confluences. « L'escrime en fauteuil est une réussite fonctionnelle particulièrement rééducative » souligne Jean Wilhelm, membre du Rotary club Nancy Émile Gallé. Ce club remet deux fauteuils « Handifix » adaptés à la compétition à partir des fonds collectés à l’occasion de son 30e anniversaire et d’une dotation du district 1790. La cérémonie de remise de ces fauteuils est l’occasion de sensibiliser le public grâce à l’émotion suscitée par Stéphanie Malarme, cinq fois championne de France à l’épée, 28 sélections en coupe du monde, et Sandrine Maillot championne Handisport Grand Est qui retracent leurs parcours construits sur la volonté et le dépassement de soi.

Si les Rotariens offrent fréquemment de coûteux matériels, ils sont également très présents auprès des sportifs.

 

 

Des rencontres sportives organisées

 

Des événements sportifs sont initiés par des Rotariens tout au long de l’année. Dans la plupart des régions de France a lieu en septembre l’opération Handivoile, journée partagée avec des personnes en situation de handicap mental, psychique ou physique sur une base nautique. Philippe Coquereau, président fondateur de cette association formée essentiellement de Rotariens, rappelle que « chaque participant handicapé ou non participe de la même façon aux activités disponibles sur la base. Handicap ou pas, chaque personne est capable d’effectuer les mêmes choses. Ce sont nos amis en situation de handicap mental qui nous donnent une leçon de vie : ils sont simples, affectueux et spontanés. Une journée de bonheur simple. Chacun repart avec le sourire et un autre regard sur le handicap. » Membre du Rotary club Paris-Nord, Philippe Coquereau se réjouit que cette opération se déroule dans une trentaine de bases en France et souhaite qu’elle se développe encore : « Il existe partout en France une base nautique, sur un lac, au bord de la mer ou d’une rivière. C’est une opération très abordable pour tout Rotary club. » Avis partagé par Jean-Claude Chauveau, membre du Rotary club Évry Val de Seine, dont le club a œuvré pour cette opération en septembre dernier, en veillant aux gestes barrière : « Nous avons accueilli les pensionnaires de la Fondation Serge-Dassault de Corbeil Essonne pour déjeuner, puis ils ont pu découvrir les joies de la voile, sur trois catamarans (…).Notre récompense suprême, pour nous Rotariens, c’est de voir la satisfaction de ces si gentilles personnes qui nous ont chaleureusement remerciés pour le plaisir que leur avait procuré cet après-midi de navigation. »

 

La présence des Rotariens a parfois lieu sur des pistes de ski, à l’instar de la préparation active par le Rotary club Font Romeu Pyrénées Catalanes de la coupe de France Handiski. Des membres de ce club dévalent les pentes avec les sportifs et participent à la remise des récompenses. Un goût de l’effort partagé par tous !

 

 

Encourager les personnes handicapées, quel que soit le handicap, à pratiquer une activité sportive, assurer leur insertion par le goût de la compétition, leur redonner une joie de vivre en obtenant des résultats par des performances y compris de haut niveau, s’inscrit dans la mission de nombre de Rotary clubs. L’important est de participer.

 

 

Contact, Handivoile :  philippe.coquereau@rsmfrance.fr

 

 

Le sport, un apport

 

Quel que soit le niveau de pratique, l'activité sportive permet d'oublier ses difficultés, de canaliser son énergie, de se fixer de nouveaux objectifs. Les progrès, qui se mesurent en termes de performances physiques mais aussi d'aisance, de technicité, de moindre fatigabilité etc. encouragent l'implication et la mise en place d'un cercle vertueux. La plupart des sportifs en situation de handicap notent que leur discipline les a aidés à trouver un équilibre et (re)prendre confiance.

Hubert Ripoll, psychologue du sport

 

TEXTE DE CHRISTOPHE COURJON