CRÉER DES CLUBS ASSURENT LE RENOUVEAU DU ROTARY

Comme tout responsable de club, les dirigeants du Rotary International veulent développer le mouvement rotarien. La période de pandémie pourrait laisser supposer de grandes difficultés pour que de nouveaux membres rejoignent le Rotary. Croissance en berne ? Pas si sûr…

Image CRÉER DES CLUBS ASSURENT LE RENOUVEAU DU ROTARY

Depuis 30 ans, le Rotary compte 1,2 million de membres dans le monde. Un chiffre qui semble immuable bien que l’humanité se soit accrue de deux milliards de personnes, que le Rotary se soit ouvert aux femmes en 1989 et qu’il n’est plus interdit dans les anciens pays du bloc soviétique. Cette apparente stabilité des chiffres cache une disparité selon les régions du globe, la forte baisse du nombre de Rotariens en Amérique du Nord étant compensée par l’essor du Rotary en Asie, en particulier en Inde. Bien que les effectifs accusent une lente baisse en France, ces derniers mois ont connu un appréciable maintien en dépit de la crise sanitaire.

 

 

La pandémie soude les clubs

 

On aurait pu penser que l’absence des réunions présentielles ainsi que les difficultés professionnelles et familiales générées par la Covid-19 affectent gravement le Rotary. Les nombreuses pages de Rotary Mag consacrées aux actions des clubs prouvent au contraire combien les Rotariens ont réagi face à l’adversité. Un cahier spécial a même été consacré en août dernier aux seules actions de lutte contre cette maladie…et la rédaction a été contrainte de fortement sélectionner les exemples tellement ils étaient nombreux.

La France métropolitaine, Andorre et Monaco comptaient au total 29 212 Rotariens au 1er juillet 2020, contre 28 823 au 31 mars 2021, soit un recul limité à 389 membres. « Pour la première fois cette année, l’évolution durant le mois de mars est globalement positive avec plus 22 membres.  Il faut noter que la baisse au cours du mois de février était limitée à 20 membres alors qu’elle était les mois précédents de 107, 256 et 88 » précise Jacky Chef, coordinateur du Rotary pour la zone 13*. Par rapport au 1er juillet 2019, c’est-à-dire avant la crise sanitaire, un district français compte plus de membres au 31 mars 2021 : le district 1690 gagne en effet 81 membres, cette singularité s’explique en premier lieu par la création de plusieurs clubs.

 

 

Des créations de clubs en permanence

 

Depuis le début de cette année rotarienne, 12 Rotary clubs ont été créés en France. Plusieurs autres avaient été fondés peu avant le 1er juillet dernier, à l’instar du Rotary club Rouen Flaubert. Alors que ce club était en formation « il a connu ses premières réunions hebdomadaires en visioconférence, et il a fallu attendre le déconfinement pour que puisse avoir lieu la remise de charte. Cet événement s’est déroulée le samedi 27 juin 2020 dans le respect des règles sanitaires, en présence des membres du club, des présidents des autres clubs de la métropole de Rouen et des représentants du district 1640 » témoigne Christian Sarreau, membre fondateur.

Des remises de charte ont lieu de façon virtuelle, comme le 10 mars dernier pour le Rotary club Châtelaillon-Plage (Charente-Maritime). Parrainé par le Rotary club La Rochelle, après avoir été son club satellite, ce nouveau club a la particularité historique de recevoir « des mains du gouverneur Jean-Marie Lataste, mais par écran interposé » sa charte. Cela n’en fait pas pour autant un club virtuel dans la mesure où les nouveaux membres se sont déjà investis en livrant plus de 300 plateaux repas à du personnel soignant, des crèmes hydratantes à des commerçants travaillant pendant le premier confinement, ou dans la collecte du sang à La Rochelle.

 

 

Des nouveaux clubs plus adaptés aux contraintes modernes

 

« Notre objectif est d’augmenter la force humaniste locale en attirant de nouveaux Rotariens grâce à un fonctionnement plus adapté à un monde qui change » déclare Alain Guibert, président fondateur du Rotary club Saint-Étienne Trois vallées. Il précise que les réunions statutaires se tiendront, lorsque la crise sanitaire sera terminée, aussi bien en présentiel que par visioconférence. Cette solution convient très bien aux personnes en activité professionnelle et chargées de responsabilités parentales. Avec une moyenne d’âge de 45 ans et 40% de femmes, le nouveau club a été constitué en quatre mois seulement, malgré la pandémie. « L’objectif du Rotary club Saint-Étienne Trois Vallées est de privilégier l’action, et tous les nouveaux Rotariens souhaitent se concentrer sur l’aide qu’ils peuvent apporter à ceux qui en ont besoin » estime Alain Guibert. La volonté d’agir apparaît comme la principale motivation de rejoindre un Rotary club.

Les clubs récemment créés limitent le nombre de réunions statutaires, dans le respect des règles du Rotary International. C’est le cas du Rotary club Marseille Horizon qui prévoit une réunion tous les 15 jours, dans le lieu mythique du fort Ganteaume. La réunion statuaire hebdomadaire, imposée dans les statuts des clubs pendant un siècle par le Rotary International, a vécu. L’assouplissement de cette règle, comme celle de l’assiduité des membres, offre un Rotary plus accessible aux jeunes professionnels. Elle allège aussi la tâche des dirigeants des clubs et rend moins contraignante la fonction de président.

 

 

Des clubs parfois thématiques

 

Si la diversité des professions est l’un des fondements de la composition d’un club, il arrive que des clubs soient créés suivant un thème. Le Rotary club Marseille Vauban vient de voir le jour, fondé par des cadres et chefs d’entreprises amoureux du sport et animés par la volonté de mettre en commun leurs réseaux professionnels au profit d’actions solidaires.

Deux membres d’honneur - Frederick Bousquet, ancien nageur professionnel, et Michel Portos, chef étoilé marseillais - sont prêts à apporter leurs compétences et notoriété aux actions menées par les Rotariens. En effet, les manifestations organisées pour lever des fonds seront majoritairement sportives ou culinaires. La conduite des actions du Rotary club Marseille Vauban s’organise suivant des conceptions modernes : chaque projet est accompagné d’une stratégie de déploiement digitale dédiée, incluant un plan de communication social média, mais aussi des outils comme les cagnottes en ligne.

Le développement des actions repose en partie sur la Responsabilité sociétale des entreprises (RSE), afin de mobiliser les entreprises de la région aux actions solidaires du club. C’est dans ce cadre que la première action du Rotary club Marseille Vauban a été le « Rotary socks challenge ».  Il s’agit d’une collecte de chaussettes au sein des entreprises au profit d’une association locale qui distribue des paniers repas et des vêtements aux plus nécessiteux. Les salariés de chaque entreprise sont invités à déposer dans une « Rotary socks box » déposée dans leur établissement, leurs chaussettes isolées ou par paire ; l’entreprise qui aura récolté le plus de chaussettes gagne ! Au-delà de l’action solidaire se développe la connaissance de ce club à travers les entreprises marseillaises.

Un projet de création de club lié à la musique est en préparation. « Il pourrait s'intituler Chœur et orchestre du district 1660 et regrouperait musiciens et chanteurs de tous horizons, animés d’une volonté de servir » déclare Jean-Philippe Baur, gouverneur nommé, investi dans ce projet. Ce club de musiciens pourrait offrir ses services au district et aux clubs moyennant des cachets privilégiés (animation de soirée, de spectacles etc.). Il pourrait aussi se produire dans les hôpitaux en faveur des malades et former de jeunes musiciens non admis aux conservatoires.

 

 

Le club satellite, moyen transitoire pour créer un club

 

Depuis 2013, le Rotary International encourage la création de clubs satellites qui permettent aux personnes souhaitant devenir Rotariennes d’intégrer un groupe restreint, dans la mesure où la taille minimum est de huit membres, contre vingt pour la création d’un Rotary club. Les membres d’un club satellite font partie du Rotary club parrain, mais choisissent leur date et lieu de réunion ainsi que les actions à entreprendre. Cette solution facilite en particulier l’intégration de membres jeunes qui oeuvrent ensemble au sein d’un club satellite. Une quinzaine de clubs satellites ont été créés en France au cours de cette année rotarienne, ce qui prouve l’intérêt porté à cette possibilité.

Mercredi 14 octobre 2020 est fondé le Rotary club Satellite Bordeaux Léognan La Brède Montesquieu, parrainé par le Rotary club Bordeaux. Chacun des 12 nouveaux membres est parrainé par un membre du Rotary club Bordeaux. Deux Rotariens sont heureux de parrainer leur fille. Ce projet aboutit grâce à la détermination de l’ancien gouverneur du district 1660 Philippe Legendre, soutenu par le Rotary club Bordeaux, qui accompagnent activement les premiers pas de ce club satellite, devenu un Rotary club classique lors de sa remise de charte le 16 avril 2021.

C’est également par la volonté de créer un club satellite qu’est né le Rotary club La Motte International (Var). Porté sur les fonts baptismaux par le Rotary club Brignoles, ce club a comme particularité d’être réellement international, car nombre de ses membres sont des étrangers installés sur la Côte d’Azur. Eileen Ferrand, d’origine britannique, était déjà Rotarienne lorsqu’elle fut admise au Rotary club Brignoles. Aidée par son nouveau club et le gouverneur du district 1730, elle parvient à trouver rapidement 20 personnes…ce qui permet d’éviter l’étape du club satellite !

 

Les possibilités et les recettes pour créer un Rotary club sont nombreuses comme le prouvent ces différents exemples. Il est très rare que la fondation d’un club nuise à un club existant, l’immense majorité des membres des nouveaux clubs n’ayant pas été sollicités auparavant. Anciens bénéficiaires de programmes de jeunesse du Rotary, personnes exerçant de nouveaux métiers, récents habitants de la cité etc. sont des pistes exploitées par ceux qui fondent un club. Les Rotariens sont créatifs !

 

  *Zone 13 du Rotary International : France métropolitaine, Belgique, Andorre, Luxembourg, Monaco.

 

 

Le district 1690, à la pointe de l’expansion

 

Le district 1690 (Aquitaine, Charente) est le seul district français à connaître une hausse de ses effectifs depuis le 1er juillet 2020. C’est aussi celui qui enregistre le plus grand nombre de créations de clubs.

 

Rotary clubs créés ou en cours de création en 2020-2021          

- Léognan La Brède Montesquieu

- Salles Val de l’Eyre                       

- La Rochefoucauld Val de Taroir                       

- Châtelaillon-Plage  

  

Créations de clubs satellite en cours              

- Bazas et Landes de Gascogne  

- Bidart 

- Bordeaux lac            

- Bordeaux Berges de Garonne

- Eysines                                                              

                                

 

 

 

 

12 Rotary clubs créés en France depuis le 1er juillet 2020

 

Ajaccio Sud Corse (district 1730)

Bergues (district 1520)

Bruz Cicé (district 1650)

Châtelaillon-Plage (district 1690)

Cornebarrieu Constellation (district 1700)

Léognan La Brède Montesquieu (1690)

Lyon Avenir (district 1710)

Marly Frescaty (district 1790)

Marseille Horizon (district 1760)

Marseille Vauban (district 1760)

Saint-Étienne Trois vallées (district 1710)

Troyes Cœur du bouchon (district 1750)

 

A contrario, seuls trois Rotary clubs ont été dissous lors de cette même période.

 

 

 

TEXTE DE CHRISTOPHE COURJON

Dans la même rubrique

Image INVESTISSEZ-VOUS DANS LES RÉSEAUX SOCIAUX !

01/06/2021 -

INVESTISSEZ-VOUS DANS LES RÉSEAUX SOCIAUX !

Caisses de résonance puissantes, les réseaux nous permettent d’être vus dans et hors du Rotary, de…

Lire