L’APPRENTISSAGE DE LA LECTURE AIDÉ PAR L’INFORMATIQUE

Après avoir exercé une activité de commerce en gros de sucre, notamment dans plusieurs régions d’Afrique, Jean-Paul Monnet consacre une partie de sa retraite à enseigner les bases de l’informatique à des enfants de moins de 10 ans. Membre du Rotary club Meaux, il est très aidé par ses amis rotariens pour remettre des ordinateurs à des écoles de Côte d’Ivoire et du Sénégal auxquelles il apporte son concours d’enseignant en informatique.

Image L’APPRENTISSAGE DE LA LECTURE AIDÉ PAR L’INFORMATIQUE

Il y a une douzaine d'années, dans la ville de Poincy (Seine-et-Marne) où siège le Rotary club Meaux, le soutien scolaire que j’effectuais a évolué vers l’instauration d'un cours d'informatique pour les enfants de maternelle et du primaire. Ceci avec quelques vieux ordinateurs.

Avec mes amis, nous sommes très pragmatiques : pour les élèves de grande section de maternelle, on leur apprend à manœuvrer l'ordinateur, à s'y accoutumer. Ensuite, suivant les classes, on leur apprend à écrire avec le clavier, puis à lire sur l’écran ; on passe ensuite sur Word, Excel, on parle d'Internet que l'on apprend à maîtriser et l’on termine par des notions sur le "copier-coller".

 

Le succès est immédiat et les enfants sont littéralement passionnés par le cours, qui se termine à la fin du CM2.

 

 

Une expérience en Île-de-France transposée en Afrique

 

Ayant beaucoup vécu en Afrique, j'ai eu l'idée de monter le même système au Sénégal et en Côte d'Ivoire où je me rends plusieurs fois par an.

Pour obtenir des ordinateurs, on demande aux amis du club de vieux portables que l'on remet en état à Meaux. Le fils de l’actuelle présidente du Rotary club Meaux effectue ce travail bénévolement. Diverses conférences que je prononce à travers des Rotary clubs sur cette action se soldent par des dons d’ordinateurs portables. Le Rotary club Rueil-Malmaison vient de remettre dix ordinateurs qui seront destinés aux écoliers africains. Le choix de l’ordinateur portable s’explique par des questions de poids et donc de coût d’expédition. Ayant trouvé un transporteur qui propose d’intéressantes prestations, nous envoyons le matériel en Côte d’Ivoire, chez des amis du Rotary club Assinie, ville qui se trouve à 1h30 de voiture d’Abidjan. Il est important de bien connaître nos interlocuteurs, lesquels s’engagent à contrôler régulièrement le bon usage du matériel dans les écoles soutenues.  Ce sont nos amis Rotariens d’Afrique qui choisissent les écoles qui bénéficient de ces ordinateurs.

Avec des Rotariens d’Assinie, nous apportons les ordinateurs et les déposons dans une classe qui dispose d’un endroit fermé ; pas plus de cinq machines par classe. Je fais toujours le premier cours aux élèves et explique aux maîtres la manière d'enseigner l’informatique. Il est en effet primordial de suivre une méthode adaptée à l’enfance.

 

 

Une méthode de lecture qui fait ses preuves

 

L’utilisation du clavier est perçue comme un véritable jeu par les enfants. L’ordinateur est utilisé pour le seul apprentissage de la lecture, et non pour accéder à Internet. Les jeux éducatifs proposés aux élèves de maternelle sont une première étape pour une formation qui va s’échelonner sur cinq ans. À la différence de l’apprentissage de la lecture par le livre, celui par l’ordinateur demande moins d’efforts pour un enfant. Le transfert d’images au cerveau lui apparaît plus simple par le mode informatique. Le jeune élève semble gratifié lorsqu’il voit apparaître à l’écran les lettres qu’il vient de taper. Les touches du clavier s’inscrivent facilement dans le cerveau du jeune enfant, la mémorisation des lettres et des mots se fait rapidement. J’ai constaté tout au long des cours prodigués une réelle attention des enfants car l’ordinateur les amuse. Il est important de limiter l’apprentissage de la lecture par informatique à des groupes de six ou sept élèves, ce qui permet de mieux suivre leur évolution et d’éviter des fausses manipulations qui peuvent interrompre durablement le cours.

 

Le résultat est encourageant car en moins d'un an nous avons créé les classes suivantes :

- Mamour Diallo à Saint-Louis du Sénégal,

- Assinie 1 et 2

- École Jean-Luc Rouelle à Assinie

- École primaire d'Abengourou (Côte d’Ivoire)

- École primaire d'Assinie France.

Cette dernière école, atypique à plus d’un titre, mérite quelques explications.

 

 

Une école accessible en pirogue

 

L’école primaire d’Assinie France a été équipée par nos soins le 23 février dernier. Le hasard a voulu que cette date soit l’anniversaire de la naissance du Rotary en 1905 ! Cette école toute nouvelle est située sur la lagune de la ville, et n’est pas accessible par la piste. Une pirogue fait office de bus et dépose certains élèves sur le quai, à 800 mètres de l’école ; le sable qui constitue la piste à l'intérieur du village est très chaud. Malgré la pauvreté de la population, les enfants portent un uniforme qui est à la charge des familles. Ils sont heureux d’utiliser les ordinateurs portables car c’est loin d’être une contrainte !

 

 

Une action qui va s’étendre

 

40 ordinateurs sont actuellement utilisés à travers les cinq écoles citées. Nous espérons fournir prochainement trois autres écoles africaines en fonction des ordinateurs portables que nous pourrons récupérer.

Malgré la période de confinement, l’action du Rotary club Meaux ne s’est pas interrompue grâce à la visioconférence : nous avons eu le plaisir d'accueillir un soir Myriam Diallo, membre du Rotary club Assinie, avec qui nous travaillons pour informatiser les écoles qui le souhaitent dans cette région d'Afrique.

 

Cette action qui vise à combattre les risques d’illettrisme dès le plus jeune âge, dans un environnement francophone, constitue aussi une opportunité de rapprocher Français et Africains dont les liens demeurent profonds.

 

 

Contact : jpmonnetsarl@aol.com

 

Une action à faible coût

Les ordinateurs sont offerts par des personnes qui ne les utilisent plus. Les paramétrages et entretiens du matériel sont réalisés par des bénévoles. Le formateur se rend en Afrique sur ses propres deniers. Seuls les coûts du transport (négociés) sont à la charge du Rotary club Meaux.