OCTOBRE 2020 : L'EDITO DE FRANÇOISE DURAND PRESIDENTE DU MAGAZINE ET DIRECTRICE DE LA PUBLICATION

Image OCTOBRE 2020 : L'EDITO DE FRANÇOISE DURAND PRESIDENTE DU MAGAZINE ET DIRECTRICE DE LA PUBLICATION
Un avenir masqué ! Que cet automne est difficile à envisager sereinement ! Entre l’angoisse suscitée par le coronavirus, la crise boursière, le confinement à domicile et les quarantaines obligatoires, entre le développement du chômage et les drames au Levant, guerres ou destruction chimique accidentelle, entre les fermetures d’entreprise, les pillages et violences, formes de poussées de fièvre à la suite de manifestations de liesse ou de revendication, comment croire en un avenir qui s’avance « masqué » ? Et pourtant, les Rotariens savent qu’ils peuvent agir. Deux idées fortes se dégagent du thème présidentiel du président Holger Knaack : saisir les opportunités pour assurer le futur du Rotary et rendre le Rotary plus mémorable. Rotary Mag en a compris l’importance et malgré le manque de visibilité, met en valeur les actions que les Rotary clubs entreprennent en faveur de professionnels touchés par la crise et est fier de l’élan de solidarité mis en place dans les Rotary clubs pour aider leurs amis libanais. De nombreux Rotary clubs francophones se sont mobilisés pour agir face à la covid 19 ; Rotary Mag en a parlé dans un cahier spécial au mois d’août et aujourd’hui consacre des pages aux actions que les Rotary clubs lancent pour aider les TPE/ PME très affectées économiquement. Ayant parfois l’impression de naviguer à vue, les Rotariens n’abandonnent pas pour autant leurs engagements. Plus que jamais, ils élaborent des plans d’action dans leurs clubs afin de tenir leurs objectifs de camaraderie et d’entraide. Le monde professionnel est l’univers dans lequel les Rotariens consacrent (ou pour certains d’entre eux ont consacré) la majeure partie de leurs activités ; dans ce contexte, il est normal que Rotary Mag s’applique à suivre l’évolution de l’économie. Nous avons souhaité regarder comment les entreprises internationales voient la France et comment elles y investissent. La reprise s’avère lente et délicate ; peut-elle être source de nouveaux investissements et de développement de nouvelles entreprises ? Les professionnels blessés par la crise y sont très attentifs. Les Rotariens aussi. Françoise Durand