Le patrimoine se réinvente

La location d'espaces par des entreprises dans les lieux culturels comme les musées ou les monuments a le vent en poupe. Activité en pleine croissance et en cours de professionnalisation, cette "privatisation" permet à ces institutions de diversifier leurs recettes et de pallier les baisses de subvention, mais également de séduire de nouveaux publics grâce à une découverte dans des conditions exceptionnelles. Texte de Coline Bouvart

Image Le patrimoine se réinvente

Président de Museumexperts et organisateur de Museva, un salon dédié aux locations privées de musées, monuments et salles de spectacles, Jean-François Grünfeld constate que « la France est en retard sur ses voisins pour la location d'espaces, notamment sur les grands musées internatio­naux». Les 28 et 29 janvier, Museva rassemblera au Carrousel du Louvre plusieurs dizaines d’exposants, venus présenter leur destination et leurs services. « Notre cible, ce sont les entreprises et les associations professionnelles qui représentent 80 % des privatisations d’espaces culturels. Parmi nos visiteurs, nous avons des acteurs des assurances, de la banque, de la finance, du luxe, de la communication, des cabinets juridiques, des entreprises industrielles, pharmaceu­tiques ou informatiques. Et parmi nos exposants les principaux musées français, le British Museum de Londres, les musées de Vienne et de Turin. Ils ouvrent leurs espaces et leurs collections pour des séminaires, des ateliers, des formations, des conférences, des concerts, des cocktails ou dîners de gala ».

Vous n'avez lu que 10% de cet article.

Pour lire la suite :

Dans la même rubrique

Image L'expansion du commerce mondial chinois n'est pas sans limite

L'expansion du commerce mondial chinois n'est pas sans limite

L’économie des pays gérés à l’occidentale fonctionne dans un cadre légal où chacun…

Lire
Image La recherche scientifique au défi de la fausse science

La recherche scientifique au défi de la fausse science

On se doutait que la science ne resterait pas longtemps à l'écart du phénomène de la falsification des…

Lire

L'invité
du mois

Mathieu Avanzi

Mathieu Avanzi

« NON, LE FRANÇAIS N’EST PAS MORT, C’EST UNE LANGUE RICHE ET VIVANTE »


À quel moment avez-vous compris que le français n’était pas une langue monolithique ? Je suis Savoyard. Petit, quand j’allais chez mes cousins, du côté de Grenoble, je trouvais qu’ils ne…
Lire l'article complet