La recherche scientifique au défi de la fausse science

La frontière est désormais floue entre les revues scientifiques qui respectent les critères de publication rigoureux et celles qui foisonnent sur Internet. Se prétendant scientifiques, celle-ci sont en réalité peu scrupuleuses et hors de contrôle. Texte de Philippe Baqué

Image La recherche scientifique au défi de la fausse science

On se doutait que la science ne resterait pas longtemps à l'écart du phénomène de la falsification des informations et des contrefaçons induites par l'utilisation généralisée d'Internet. Mais, en juillet 2018, une enquête menée par Le Monde et une vingtaine de revues internationales réunis au sein d’une collaboration nommée «Fakescience», a créé la surprise en révélant l’ampleur de la crise qui secoue aujourd’hui le monde de la recherche scientifique. L’enquête fait état de revues prédatrices en accès libre sur la Toile. Avec des titres équivoques, elles ont l’aspect de vraies revues savantes et remplissent de propositions aguichantes les messageries en ligne des chercheurs. Elles publient les résultats de leurs travaux très rapidement, sans le contrôle d’un comité de relecture ni la validation de scientifiques experts, et facturent aux auteurs des frais de publication de quelques centaines à quelques milliers d’euros. Elles organisent aussi des pseudo-conférences scientifiques, devant des salles vides, destinées à soutirer des frais de participation aux chercheurs et aux institutions.

Vous n'avez lu que 10% de cet article.

Pour lire la suite :

Dans la même rubrique

Image Le patrimoine se réinvente

Le patrimoine se réinvente

Président de Museumexperts et organisateur de Museva, un salon dédié aux locations privées de musées,…

Lire
Image L'expansion du commerce mondial chinois n'est pas sans limite

L'expansion du commerce mondial chinois n'est pas sans limite

L’économie des pays gérés à l’occidentale fonctionne dans un cadre légal où chacun…

Lire

L'invité
du mois

Mathieu Avanzi

Mathieu Avanzi

« NON, LE FRANÇAIS N’EST PAS MORT, C’EST UNE LANGUE RICHE ET VIVANTE »


À quel moment avez-vous compris que le français n’était pas une langue monolithique ? Je suis Savoyard. Petit, quand j’allais chez mes cousins, du côté de Grenoble, je trouvais qu’ils ne…
Lire l'article complet