Vauban fortifie toujours Besançon

Classées au Patrimoine mondial de l'UNESCO, les fortifications de Vauban apportent à Besançon une notoriété internationale.

En 2008, les fortifications de Vauban à Besançon sont inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce classement offre une dimension inédite à la cité franc-comtoise, entraînant un important afflux de touristes. Regard sur le victorieux cheminement d’une candidature. Texte de Jean-Claude Duverget

Image Vauban fortifie toujours Besançon

Après s’être emparé de Besançon en 1674, grâce au feu des batteries placées sur des collines, Vauban porte son attention sur les étroites berges du Doubs, jugées trop vulnérables. Afin de renforcer l’enceinte urbaine qui longe la boucle du Doubs, il imagine des tours à canons, occupant peu d’espace, munies de voûtes épaisses, offrant deux étages, rendant le feu efficace contre les tirs dominants. En 1693, les tours bastionnées de Rivotte, de Chamars, du Marais, des Cordeliers, de Saint-Pierre (dérasée à la fin du XIXe siècle) ainsi que le bastion du Saint-Esprit sont achevés.
L’étage supérieur des bastions est à ciel ouvert (il sera couvert par la suite), tandis que l’étage inférieur protège les canons des tirs plongeants provenant des hauteurs proches.
Ancrées dans le Doubs, face aux collines qui dominent la ville, certaines tours bastionnées, par leur forme pentagonale, permettent de croiser leurs feux, tirant en direction du Doubs ou vers les collines environnantes. Vauban, soucieux d’épargner les vies humaines, réalise ses ouvrages en partie avec de la brique car les éclats provoqués par les boulets sont moins dangereux que les éclats de pierre.
Si la construction de la citadelle est à la charge du roi, la ville doit en principe financer les fortifications de l’enceinte urbaine. Toutefois devant l’ampleur des travaux, Louvois fait appel au trésor royal...

 

 

-----------------------------------------------------------

L'auteur
Jean-Claude Duverget, né en février 1949 à Dole (Jura). Géographe, proviseur honoraire. Conseiller régional de Franche-Comté de 1986 à 2010, vice-président délégué de 1989 à 2004, chargé de la Culture. Donne de nombreuses conférences sur le patrimoine dans les clubs services, pour les sociétés savantes et à l’Université ouverte. Auteur de plusieurs ouvrages, le plus récent étant « Pour le meilleur et contre le pire en Bourgogne-Franche-Comté ou les règles du savoir-vivre dans la nouvelle région » (Les Editions du Sékoya, 2017). Membre du Rotary club de Besançon-Est depuis 1990 (président 2013-2014).

Vous n'avez lu que 10% de cet article.

Pour lire la suite :

Dans la même rubrique

Image Les nouvelles routes de la soie ou l'ambition chinoise

Le grand projet du président Xi Jinping

Les nouvelles routes de la soie ou l'ambition chinoise

On connaissait la route de la soie, du nom de ces voies commerciales qui reliaient l'Europe et la Chine jusqu'au XV e …

Lire
Image Métaux rares : extractions et exactions

Une richesse pour l'Afrique qui…

Métaux rares : extractions et exactions

Lors de la remise de son prix Nobel de la Paix, le 10 décembre 2018 à Oslo, le gynécologue congolais Denis Mukwege…

Lire

L'invité
du mois

EMMANUEL JAFFELIN

EMMANUEL JAFFELIN

« Entreprendre, c'est prendre un risque; manager, c'est oser la douceur. »


Comment vous êtes-vous intéressé à la gentillesse ? Dans le cadre de mon doctorat, je travaillais sur une notion voisine, la cordialité, mais le lancement de la Journée de la gentillesse par Psychologie…
Lire l'article complet