Vivre avec la polio en 2024

Aujourd'hui en France, 50 000 à 60 000 personnes vivent avec les séquelles d’une poliomyélite. Des difficultés accentuées par le problème du vieillissement et le manque de médecins spécialisés. TEXTE DE LAURE ESPIEU

Image Vivre avec la polio en 2024
L'image a fait le tour du monde. En mars dernier, à la mort de Paul Alexander, cet avocat américain de 78 ans atteint de poliomyélite à l’âge de six ans, res surgissent des reportages télévisés et des photos de sa vie passée dansun poumon d’acier. Ils réactivent la mémoire de cette époque où l’on enfermait les enfants les plus atteints dans ces scaphandres, seule possibilité pour eux de continuer à respirer. Pendant plus de sept décennies, l’homme a vécu grâce à cet appareil qui enveloppait tout son corps, ne laissant dépasser que sa tête, et reproduisant, grâce à un système de pompes, l’action des muscles respiratoires. Le septuagénaire détenait le record de la plus longue durée passée dans un tel appareil. Une situation qui ne l’a pas empêché d’étudier le droit, de mener une carrière et même récemment de créer son compte TikTok sur lequel il partageait son expérience.
Des personnes touchées très jeunes


De nos jours, la seule vraie parade contre la polio reste le vaccin, qui en France a été rendu obligatoire en 1964. Avant cette date, de nombreux enfants ont contracté le virus. Dans les années 50, l’on dénombre entre 1 500 et 2 000 cas chaque année, avec un pic à 4 000 contaminations au plus fort de l’épidémie, en 1957. Car la poliomyélite est une maladie très contagieuse qui touche majoritairement les enfants de moins de 5 ans. Le virus envahit le système nerveux et se manifeste d’abord par des symptômes grippaux. Ensuite, chez...
 

Vous n'avez lu que 10% de cet article.

Pour lire la suite :

Dans la même rubrique

Image COMMENT FAIRE VIVRE ENSEMBLE SCIENCE ET DÉMOCRATIE ?

COMMENT FAIRE VIVRE ENSEMBLE SCIENCE ET DÉMOCRATIE ?

La science n'est pas démocratique et n'a pas vocation à le devenir. Si un résultat est qualifié de…

Lire

L'invité
du mois

Yves Trocheris

Yves Trocheris

« Mieux vaut un génie sans foi qu'un croyant sans talent »


L’église Saint-Eustache, au cœur des Halles, à Paris, est connue pour son engagement ancien en faveur de la création contemporaine. Comment cet intérêt est-il né ?   Au début…
Lire l'article complet

Rechercher un club

la boutique s'abonner