Le rugby est-il devenu un sport à risque ?

Ce sport doit se réinventer afin d'éviter des traumatismes physiques de plus en plus nombreux

Quatre décès de joueurs de 23 ans et moins ont plongé le monde du rugby dans un profond désarroi. Une crise existentielle nécessaire selon plusieurs acteurs de ce sport qui pourrait bien courir à sa perte s’il ne se réinvente pas rapidement. Texte de Christophe Gaudot

Image Le rugby est-il devenu un sport à risque ?

Début 2018, le Pr Jean Chazal, neuro­chirurgien renommé et ancien membre de la commission médicale de la Fédération française de rugby (FFR) et de la Ligue (LNR), lançait un cri d’alerte : « Un jour, il y aura des morts ! » Douze mois plus tard, Nathan Soyeux, 23 ans, joueur amateur dans l’équipe de son école d’ingénieurs à Dijon (Côte­ d’Or), Adrien Descrulhes, 17 ans, amateur à Billom (Puy- de­-Dôme), Louis Fajfrowski, 21 ans, professionnel à Aurillac (Cantal) et Nicolas Chauvin, 18 ans, joueur au Stade français, ont confirmé ses craintes. Oui, on peut mourir sur le terrain. Après quatre décès en huit mois, la grande famille du rugby a fini par accepter la terrible évidence.


Ce sport, qui ne s’est professionnalisé que récem­ment (1995), est né en Angleterre dans le premier tiers du XIXe siècle et a connu une évolution exceptionnelle en seulement deux décennies. Les joueurs d’aujourd’hui n’ont ainsi rien à voir avec leurs homologues des années 1990. Lors d’un France­-Irlande du Tournoi des Cinq Nations 1998, le XV de France affichait une moyenne de 1,83 m pour 93,2 kg. Vingt ans plus tard, lors du même France-­Irlande dans le Tournoi des Six Nations, le Bleu «moyen» mesurait 1,88 m pour 103 kg. Dix kilos de plus et une puissance exacerbée. « Les rugbymen ont mis un moteur de Formule 1 sur un châssis de voiture de série, confirme le Pr Chazal. Le cerveau, lui, comme le cœur, le foie, la rate, n’a pas augmenté ses capacités. .

Lire l'article dans son intégralité

Vous n'avez lu que 10% de cet article.

Pour lire la suite :

Dans la même rubrique

Image Comment redonner aux Français le goût du travail ?

Les entreprises proposent des…

Comment redonner aux Français le goût du travail ?

Dans les colonnes du New York Times , l’été dernier, Elon Musk, milliardaire de 47 ans, à la tête de…

Lire
Image L' IA va-t-elle remplacer l'humain au travail ?

L'emploi va connaître de profonds…

L' IA va-t-elle remplacer l'humain au travail ?

Cette révolution est la conséquence de deux facteurs liés : la production systématisée de…

Lire

L'invitée
du mois

Bathylle Missika

Bathylle Missika

« PROFESSIONNALISER LA PHILANTROPIE ? »


L’argent et la simple bonne volonté ne semblent plus suffire pour faire de la philanthropie. Pourquoi ? Le besoin de dons philanthropiques demeure, mais maintenant, il s’agit d’un jeu à somme positive, ce…
Lire l'article complet