Comment redonner aux Français le goût du travail ?

Les entreprises proposent des solutions pour que le sourire revienne au travail

Il y a ceux qui craquent sous une surcharge de tâches à accomplir et il y a ceux qui dépriment pour cause d'ennui. Face aux mutations du monde professionnel, l'entreprise s'organise et propose des solutions pour retrouver le sourire au boulot. Texte de Laure Espieu

Image Comment redonner aux Français le goût du travail ?

Dans les colonnes du New York Times, l’été dernier, Elon Musk, milliardaire de 47 ans, à la tête de l’entreprise Telsa, avouait se consumer au travail. Entre solitude et épuisement, l’excentrique patron racontait frôler le burn-out et mettait en lumière les risques bien réels, même pour le plus passionné des entrepreneurs. Cet état particulier où la vie de famille et les centres d’intérêt se réduisent, où les problèmes du bureau deviennent envahissants et le sommeil moins réparateur, ne concerne pas uniquement les capitaines d’industrie. La Fondation Pierre Deniker révélait fin novembre dans une étude épidémiologique qu’en France un travailleur sur cinq est atteint de « détresse orientant vers un trouble mental ».

Les facteurs de risque
Parcellisation des tâches, manque de défis, réunions trop nombreuses, postes vides de sens, manque de reconnaissance, détérioration des relations humaines : les motifs de souffrance sont nombreux. Il y a, bien sûr, le stress : l’OMS estime que la France arrive au troisième rang des pays qui recensent le plus grand nombre de personnes présentant des dépressions liées à ce facteur. Mais ce n’est pas le seul. "On observe que la charge de travail n’est pas le premier facteur de risque", analyse le psychiatre Patrick Légeron. "Ce qui est en revanche très important, c’est le sens que l’on donne à son travail. Le sentiment d’être utile est quelque chose qui protège. C’est une vraie problématique pour les entreprises de construire des tâches qui aient du sens pour les gens. " Autrefois, en effet, le labeur avait surtout un impact sur la santé physique. Il faisait mal au corps. Dans les années 1970, l’idée a émergé que le travail ne serait plus souffrance, car il était moins contraignant. Mais les formes actuelles d’exercice professionnel ont rapidement révélé leurs conséquences fortes sur le psychisme...

 

Lire l'article dans son intégralité

Vous n'avez lu que 10% de cet article.

Pour lire la suite :

Dans la même rubrique

Image L' IA va-t-elle remplacer l'humain au travail ?

L'emploi va connaître de profonds…

L' IA va-t-elle remplacer l'humain au travail ?

Cette révolution est la conséquence de deux facteurs liés : la production systématisée de…

Lire
Image Le rugby est-il devenu un sport à risque ?

Ce sport doit se réinventer afin…

Le rugby est-il devenu un sport à risque ?

Début 2018, le Pr Jean Chazal, neuro­chirurgien renommé et ancien membre de la commission médicale de la…

Lire

L'invitée
du mois

Bathylle Missika

Bathylle Missika

« PROFESSIONNALISER LA PHILANTROPIE ? »


L’argent et la simple bonne volonté ne semblent plus suffire pour faire de la philanthropie. Pourquoi ? Le besoin de dons philanthropiques demeure, mais maintenant, il s’agit d’un jeu à somme positive, ce…
Lire l'article complet