Silver économie: les innovations au service des séniors

La population française vieillit et continuera de vieillir ces prochaines années. Dans le même temps, le regard porté sur les personnes âgées est en train de changer : elles ne sont plus considérées comme un coût pour la société mais comme un marché porteur pouvant aider à la réindustrialisation du pays. TEXTE DE PHILIPPE BAQUÉ

Image Silver économie: les innovations au service des séniors

Jusqu’au 24 avril 2013, personne n’avait entendu parler de la silver économie en France. Ce jour-là, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, et Michèle Delaunay, ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l’Autonomie, lançaient officiellement la filière « silver économie » (silver comme argent en français, en référence à la chevelure argentée des seniors) pour faire face aux enjeux liés au vieillissement de la population. Un contrat était signé
entre les pouvoirs publics et les acteurs privés pour mettre en place une cinquantaine d’actions destinées à transformer rapidement la silver économie en une
filière industrielle, levier de croissance permettant à la France de se réindustrialiser grâce au développement d’innovations technologiques et numériques dédiées aux personnes âgées. Des financements privés et publics, nationaux et européens, étaient destinés à l’encourager. Dans un rapport remis au président François Hollande par Anne Lauvergeon, présidente de la commission Innovation 2030, la silver économie était présentée comme l’une des « 7 ambitions fortes pour une France innovante ».


Un tiers de la population aura plus de 65 ans en 2030


Selon l’Insee, en 2030, un tiers de la population française aura plus de 65 ans et 2 millions de personnes seront dépendantes. « Cette révolution démographique génère une demande de produits et services autour du bien vieillir, c’est un défi sociétal, mais aussi une opportunité de marché », déclarait Jérôme Arnaud, président de Soliage, regroupement d’entreprises spécialisées dans le vieillissement. Les entrepreneurs misaient sur les retraites élevées de
la génération des baby-boomers et sur leurs exigences en matière de qualité de vie pour développer ce marché. « Dans un premier temps, la silver économie concernait tous les secteurs économiques intéressés par le vieillissement de la population, aussi bien les maisons de retraite, l’aide à domicile, que les
assurances, les banques, la domotique et le tourisme
", constate Luc Broussy, président de France Silver Éco, une association composée d’acteurs publics,
d’entreprises et de groupes industriels. La silver économie est alors apparue comme un domaine d’activité assez confus et il était difficile de donner une
cohérence à cet écosystème. Il était compliqué de fédérer les acteurs et d’imposer une politique publique transversale.

Vous n'avez lu que 10% de cet article.

Pour lire la suite :

Dans la même rubrique

Image L'immobilier confronté à la nouvelle donne environnementale

L'immobilier confronté à la nouvelle donne environnementale

  Dans un marché pur et parfait, où l’État n’intervient pas et où…

Lire

L'invitée
du mois

Nathalie Bondil, la tête pensante du renouveau des musées

Nathalie Bondil, la tête pensante du renouveau des musées

« »


Après deux ans de pandémie durant lesquels les musées ont été taxés de non essentiels, comment se relèvent-ils ? Cette période a fait ressentir le besoin de bienveillance,…
Lire l'article complet

Rechercher un club

la boutique s'abonner