Soigner les brûlures, un savoir-faire à exporter

Le traitement des brûlures a atteint un niveau très avancé, certes encore perfectible, dans les pays développés. Mais beaucoup de patients souffrent dans le monde d’un manque de personnel chirurgical qualifié et d’un retard dans les techniques de soins les plus modernes. La communauté scientifique mondiale travaille pour réduire ces insuffisances, mais doit trouver un large soutien pour que partout recule la souffrance. TEXTE DU PR FABIENNE BRAYE ET DU DR RÉMY ZILLIOX

Image Soigner les brûlures, un savoir-faire à exporter

Depuis la découverte du feu, l’humanité a payé un lourd tribut aux flammes. Depuis lors, les médecines, traditionnelles ou non, se sont efforcées d’apporter un soulagement à la douleur et une cicatrisation aux plaies. Des siècles durant, toutes sortes de solutions furent tentées, depuis les incantations et les potions de toutes sortes, aux applications en tous genres et de toutes origines.
Heureusement, la « brûlologie » a, au cours des siècles, fait d’énormes progrès. Peut-être paraît-il paradoxal de dire que c’est au décours des grands conflits ou catastrophes que des avancées thérapeutiques se sont révélées. L’incendie du Bazar de la Charité en 1897, la Seconde Guerre mondiale, Hiroshima, la guerre du Vietnam, les conflits en Syrie ou en Iraq ont en effet encouragé les progrès des soins pour les grands brûlés. Des milliers de soignants de tous ordres se sont investis, chacun apportant sa pierre à l’édifice, qui par une évaluation des lésions (surface /profondeur de la brûlure) qui par un pansement ou une technique chirurgicale, qui par des moyens de sédation ou de réanimation, qui par l’évaluation et la prise en charge des séquelles.

Transfer du savoir-faire en humanitaire

À ce jour, la brûlologie semble avoir atteint sa maturité même si des progrès continuent encore à être faits. Dans de nombreux pays, des unités de traitement des brûlés ont été créées. Les protocoles thérapeutiques diffusés par les sociétés savantes mondiales y sont appliqués, à quelques exceptions près.
Associant anesthésie et réanimation, soins locaux, pansements et chirurgie, rééducation fonctionnelle et nutrition, accompagnement social et psychologique, la prise en charge de base de la brûlure initiale est partout satisfaisante...

Vous n'avez lu que 10% de cet article.

Pour lire la suite :

Dans la même rubrique

Image La forêt française

cherche à concilier enjeux économiques…

La forêt française

Les Français redécouvrent leur forêt.Elle fut longtemps pour eux un lieu de promenade dominicale ou de…

Lire

L'invité
du mois

David Leclère

David Leclère

« Certaines espèces vont disparaître pour toujours »


Rotary Mag : La disparition des animaux sauvages est-elle le signe que l'humanité est aussi en danger ? David Leclère : Jusqu'à présent, l'espèce humaine a été…
Lire l'article complet