Bien-être animal : en fait-on trop ?

En quelques années, le bien-être animal est devenu une préoccupation majeure des Français. Les vidéos choc, jouant sur l’émotion, n’y sont pas étrangères. Un débat de fond passionné s’est ouvert. Les animaux reconnus comme êtres sensibles pourront- ils avoir un jour des droits égaux à ceux des humains ? Leur exploitation?dans les élevages et les cirques sera-t-elle interdite ? TEXTE DE PHILIPPE BAQUÉ

Image Bien-être animal : en fait-on trop ?

"Une société ne peut se dire ni civilisée ni socialement évoluée si elle ne respecte pas les animaux et si elle ne prend pas leurs souffrances en considération », disait Alfred Kastler, prix Nobel de physique. Incontestablement, le droit des animaux connaît aujourd’hui un intérêt croissant. Il est devenu un sujet de recherche des universités françaises, influencées par le courant académique anglo-saxon qui s’est questionné dès la fin des années 1970 sur les rapports entre les humains et les animaux. Une cinquantaine d’universités américaines ont commencé dès cette époque à proposer des cours relatifs à la question animale. En 1978, c’est à la maison de l’Unesco de Paris que plusieurs personnalités politiques et universitaires internationales ont proclamé solennellement la Déclaration universelle des droits de l’Animal, directement inspirée de la Déclaration universelle des droits de l’Homme. En France, la prise de conscience du bien-être animal s’est traduite par une loi en 1963 qui reconnaît le délit d’actes de cruauté envers les animaux apprivoisés ou tenus en captivité, mais en exclut toutefois les animaux sauvages. Un nouveau pas a été franchi avec la loi de 2015 qui modifie le Code civil en considérant désormais l’animal comme « un être doué de sensibilité ». « Ce nouveau statut juridique est important mais il est à lui seul insuffisant pour garantir une protection des animaux », commente Olivier Le Bot, professeur de droit public à l’université d’Aix-Marseille, spécialiste du droit animalier...

Vous n'avez lu que 10% de cet article.

Pour lire la suite :

Dans la même rubrique

Image Les éoliennes, une énergie moins écologique qu'il n'y paraît

Les éoliennes, une énergie moins écologique qu'il n'y paraît

L’utilisation de la force du vent, inépuisable et gratuite, serait a priori une idée géniale ! Nos…

Lire

L'invité
du mois

Louis-Philippe Dalembert

Louis-Philippe Dalembert

« La littérature permet cet enracinement sensible dans la réalité. »


Il est, en ce premier semestre 2021, le nouveau titulaire de la chaire d'écrivain en résidence du centre d'écriture et de rhétorique de Sciences-Po Paris. Une chaire créée récemment (en 2019),…
Lire l'article complet