Secrets de création

23/07/2019 - NOUVEAUX CLUBS

Sous l’incitation du Rotary International, la création de clubs se poursuit afin de participer au développement des effectifs. Regard sur des méthodes qui permettent d’insuffler un dynamisme rotarien dans des territoires. Enquête de CHRISTOPHE COURJON

Image Secrets de création

L’expansion des effectifs du Rotary repose essentiellement sur les créations de clubs : le moindre club fondé apporte au minimum 20 nouveaux Rotariens, taille requise par le Rotary International pour accorder une charte. Alors que la carte de France montre un maillage impressionnant des clubs, nombreuses sont les chartes qui ont récemment été remises pour acter l’ouverture de nouveaux clubs, que ce soit dans des zones rurales, dans des grandes agglomérations, dans la capitale ou en outre-mer.

 

Prendre le bâton de pèlerin

 

Marie-Christine Le Gall est la présidente fondatrice du Rotary club Ploubalay baie de Beaussais-sur-mer, localité de 4000 habitants des Côtes d’Armor. Avec trois autres membres du Rotary club Dinard Côte d’Émeraude, elle lance en 2018 le défi de « créer un club entre terre et mer, et de quitter la zone urbaine de Dinard/Saint-Malo. » Quelques réunions d’information dans l’été ainsi que la participation à deux forums des associations permettent de faire connaître au public le projet de la création d’un Rotary club. « On s’affiche dans la presse locale, on fait venir les correspondants de presse : l’effet boule de neige fonctionne » renchérit Marie-Christine. Coup de chance : le maire de Ploubalay est un ancien Rotarien, ce qui facilite les contacts. Alors que le club est en formation, une action « Dîner dans le noir » est organisé afin de soutenir une association qui envoie des adolescents malvoyants ou non- voyants faire un trek en Tunisie. L’engouement des habitants est tel que les organisateurs doivent refuser des inscriptions ! « Quand on veut fonder un club, il faut lancer une action populaire pour marquer les esprits » estime la présidente fondatrice.

Connu et reconnu dans le secteur géographique, le club reçoit sa charte en mai dernier. Afin de faciliter l’adhésion de jeunes, la cotisation est fixée à 35 € par mois et seul un repas par mois est organisé, dans des petits restaurants à tour de rôle dans les localités voisines. Cette rotation mensuelle fait connaître davantage le club dans cette région rurale…et rappelle les toutes premières réunions du Rotary club de Chicago en 1905 !

 

Être à contre-courant

 

La Nièvre est un département qui perd des habitants et vieillit. Le Rotary club connaît actuellement une tendance inverse grâce à la création du Rotary club Nevers Confluences.

Cinq membres du Rotary club de Nevers décident de créer un club, se tournent vers de jeunes actifs lors d’une véritable opération de porte à porte. Parmi ces cinq Rotariens, l’ancien gouverneur Frédéric Lainé souligne :

 

 La volonté d’apporter un nouveau mode de fonctionnement d’un club, plus en phase avec la société actuelle.

 

Dans cette optique, les Rotariens se rencontrent deux fois par mois lors de réunions statutaires, le nombre de repas est limité à environ six par an, la cotisation est de 40 € par mois, ce qui la rend accessible à un grand nombre. « Toutes les décisions sont prises collégialement par l’ensemble des membres, et non pas par le comité du club » explique Frédéric ; les membres se sentent ainsi très concernés, d’autant plus que chacun est investi dans une mission dès son intronisation. « Donner une responsabilité à un membre le motive, en particulier lorsqu’il s’agit de préparer une manifestation » affirme l’ancien gouverneur. Le plus difficile n’est en effet pas le recrutement, mais la fidélisation des membres, d’où la nécessité de les impliquer dans la vie du club dès le début. La création d’un club nuit-il aux clubs préexistants ? Frédéric estime que « la naissance d’un club ne fait pas mourir les autres, mais apporte au contraire un dynamisme pour l’ensemble des clubs du secteur, surtout s’ils ont des modes de fonctionnement différents. »

 

 

Un club satellite qui prend son envol

 

En février 2018 le Rotary club de Bordeaux et celui de Libourne Saint-Émilion parrainent conjointement le club satellite Bordeaux Cité. Quelques mois plus tard, après avoir réuni 22 membres, le club satellite n’est plus et donne naissance au Rotary club Bordeaux Cité. Samantha Gaucher-Piola, présidente fondatrice du club, est l’épouse d’un Rotarien et explique « que le noyau de départ était formé d’enfants de Rotariens qui ont chacun présenté trois personnes. » Les membres du club en formation se sont impliqués dans les actions conduites par les deux Rotary clubs parrains, ce qui a été fédérateur. À la question « avez-vous des difficultés à recruter des membres jeunes », Samantha répond « aucune, car nous sommes nous-mêmes jeunes ! » La moyenne d’âge du club est effectivement de de 35 ans…

 

Des étapes à franchir

 

La remise de charte du Rotary club Paris Passerelle en 2018 est le fruit d’un long cheminement. Des Rotaractiens qui avaient atteint la limite d’âge (30 ans) souhaitaient poursuivre un engagement rotarien. Pour cela, ils créèrent d’abord un club satellite, parrainé par le Rotary club Paris Concorde. Parvenu au nombre fatidique de 20 membres, il fut alors possible de fonder un Rotary club à part entière. Ce club a la particularité d’être formé de membres jeunes, impliqués depuis des années dans l’action rotarienne, et en contact avec les clubs Rotaract du district 1660. La collecte de vêtements l’hiver dernier pour des personnes en difficulté, à laquelle ont été conviés des Rotaractiens, illustre la proximité entre les deux clubs. Ces liens sont de nature à favoriser le maintien de Rotaractiens dans la famille rotarienne lorsqu’ils atteignent l’âge limite. Une véritable passerelle entre Rotaract et Rotary !

 

 

Impossible n’est pas français

 

Il paraissait impossible pour certains de fonder un 8e club en Martinique, et a fortiori un second au Lamentin, zone aéroportuaire de Fort de France. C’est pourtant ce qui vient d’être réalisé par la création du Rotary club Lamentin Cœur Caraïbes, fort de 26 membres fondateurs. Cette naissance a bénéficié de l’élan provoqué dans les Caraïbes par la présidence de Barry Rassin au sein du Rotary International. Le charisme du président, issu des Bahamas, ajouté au rôle actif joué par Dominique Vénéré, gouverneur 2018-2019 du district 7030 et Rotarienne guadeloupéenne, a insufflé un enthousiasme bénéfique à l’expansion du Rotary. Preuve en est que des circonstances exceptionnelles peuvent contribuer au renouveau.

 

 

Ce tour d’horizon peut paraître optimiste, mais il décrit des situations réelles et récentes, dans des endroits extrêmement variés. Comme le résume Emmanuel Charpentier, président fondateur du Rotary club Perpignan Archipel : « Envie, imagination, désir d’innovation et dynamique sont les maîtres-mots d’une création de club réussie. »

 

Dans la même rubrique

Image UNE AIRE DE FAMILLE

22/08/2019 - ROTARY EN ACTION

UNE AIRE DE FAMILLE

Le Rotary International a été un club masculin jusqu’en 1989. L’apport des…

Lire
Image LES MEDAILLÉS DE KAZAN

30/09/2019 - DISTRICTS 1680 & 1750

LES MEDAILLÉS DE KAZAN

À l’initiative des clubs Rotary de Dijon et Besançon, 13 clubs soutiennent l’équipe régionale…

Lire