SEPT ÉQUIPES DE CHERCHEURS BÉNÉFICIENT DE L’OPÉRATION

28/12/2018 - ESPOIR EN TÊTE 2018

La saison 2018 de Rotary Espoir en tête finance sept projets de recherche sur le cerveau pour un montant total dépassant un million d’euros. L’avant-première d’un film des Studios Disney organisée par les clubs Rotary dans leurs villes est à l’origine des sommes allouées et les lauréats se sont retrouvés à Limoges pour recevoir officiellement les financements qui facilitent leurs travaux.

Image SEPT ÉQUIPES DE CHERCHEURS BÉNÉFICIENT DE L’OPÉRATION

La recherche sur le cerveau constitue l’un des plus grands défis scientifiques du XXIe siècle ; il s’agit de comprendre le fonctionnement complexe de cet organe, que de nombreuses maladies mentales et neurologiques peuvent attaquer. La qualité des nouveaux outils et techniques permettent le développement de la recherche. La sélection des projets par le comité scientifique de la Fédération de la Recherche sur le Cerveau (FRC) auquel siège des Rotariens, repose sur l’approche innovante, la transversalité en termes de plusieurs pathologies des équipes de chercheurs.

L’édition 2018 de Rotary-Espoir en Tête finance :


Un amplificateur pour optimiser l’enregistrement de l’activite neuronale


Emmanuel Barbeau et Leila Reddy, qui travaillent au Centre de recherche cerveau & cognition (CerCo) de Toulouse, reçoivent 190 450 € pour l’achat d’un amplificateur Neuralynx Atlas 256 canaux.
Dans certaines recherches cliniques, l’activité de neurones nécessite d’être enregistre?e, notamment chez des patients e?pileptiques pour lesquels les traitements pharmacologiques n’ont pas d’effet. Des e?lectrodes intrace?re?brales sont implante?es chez ces patients avant une ope?ration neurochirurgicale afin de déterminer la zone source de l’épilepsie.  

 

Une plateforme pour la fabrication de dispositifs adaptés à l’étude de neurones cérébraux


Laurent Bourdieu, chercheur à l’Institut de biologie de l’École normale supe?rieure (IBENS) de Paris, obtient 96 000 € pour l’acquisition d’une plateforme de prototypage.
Une partie des travaux en neuroscience consiste a? enregistrer et contro?ler l’activite? de populations neuronales chez des animaux en comportement. De telles expe?riences ne?cessitent une miniaturisation pousse?e des dispositifs d’enregistrement de l’activite? des neurones ce?re?braux. Un poste complet de prototypage fabrique de tels dispositifs expe?rimentaux personnalise?s. L’utilisation chez la souris de syste?mes de mesure miniaturise?s permet notamment d’observer la me?moire.

 

Un système d’imagerie pour étudier l’architecture cérébrale au niveau moléculaire


Lydia Danglot est chercheuse au Centre de psychiatrie et neurosciences (CPN) – INSERM U894, Paris ; la somme de 162 350 € est destiné à l’achat d’un module de super re?solution pour la microscopie STOR.
La mauvaise localisation de certains constituants cellulaires est souvent associe?e a? diverses pathologies neurologiques et psychiatriques. Identifier et localiser les constituants des neurones, et analyser leur implication dans les processus physiopathologiques est crucial dans la recherche en neurosciences. Ainsi, l’acquisition d’un syste?me d’imagerie a? haute re?solution permet de franchir un cap pour des recherches au plus haut niveau.
Les modules de super re?solution pour la microscopie STOR (microscopie de reconstruction stochastique) autorisent l’imagerie a? l’e?chelle du nanome?tre de diffe?rents types cellulaires et de synapses (connexion entre les neurones) ; l’imagerie multicolore et en 3D visualise avec une extre?me pre?cision ces composants dans des mode?les expe?rimentaux.


Un scanner de lames pour étudier le développement et les fonctions du cortex cérébral


Colette Dehay, de l’Institut cellule souche et cerveau (SBRI) de Bron, se voit remettre 115 000 € pour acquérir un scanner de lames.
Les me?thodes modernes dans l'analyse microscopique des donne?es ne?cessitent des techniques quantitatives et une reproductibilite? e?leve?e. Cela entraîne le traitement de bases de donne?es tre?s volumineuses. De plus, l'archivage a? long terme de donne?es expe?rimentales sensibles a? la de?te?rioration est indispensable afin de pe?renniser les possibilite?s d’analyse. Ces exigences ne peuvent e?tre satisfaites que par la nume?risation de sections microscopiques gra?ce aux scanners de lames re?cents. Ce scanner offre une grande vitesse d’acquisition des donne?es, une forte capacite? d’analyse d’un grand nombre de donne?es ainsi qu’une imagerie rapide et pre?cise.

 

Une plateforme pour l’analyse des comportements et l’enregistrement de l’activité ceérébrale chez le primate


Jean-Rene? Duhamel, de l’Institut des sciences cognitives Marc-Jeannerod de Bron, perçoit 195 650 € pour une plateforme de neuro-e?thologie.
Du fait des similitudes, le primate non-humain est un mode?le pour aborder l’e?tude des fonctions mentales et de leurs bases ce?re?brales chez l’homme. Cependant, l’approche utilise?e dans les laboratoires de neurophysiologie implique diffe?rents degre?s de contention physique. Ainsi, les conditions de stimulation sensorielle et de mouvements sont re?duites pour l’animal. Cette approche a donc ses limites puisqu’elle ne permet pas des investigations chez l’animal libre de ses mouvements en interaction naturelle avec son environnement physique et social.
Les avance?es re?centes en matie?re de micro-e?lectronique et d’informatique applique?e rendent possible la re?alisation d’expe?riences contro?le?es dans des contextes plus riches et permettant l’e?tude des comportements des espe?ces animales (e?thologie). La mise en place de plateforme de neuro-e?thologie est donc pertinente, notamment pour l’analyse de comportements moteurs et cognitifs.

 

Un microscope à feuille de lumière pour étudier les réseaux neuronaux


Sandrine Humbert, chercheuse à l’Institut des neurosciences de Grenoble (GIN) bénéficie de 172 084 € pour acquérir un Ultramicroscope II (LaVision Biotec).
Une nouvelle technique consiste a? rendre un tissu biologique transparent. Ce tissu est ensuite observe? avec un mate?riel de pointe : un microscope a? feuillet de lumie?re. Cette technologie visualise en 3D des projections neuronales pre?alablement marque?es dans des cerveaux rendus optiquement transparents. Gra?ce a? cette technique, il devient aise? de visualiser des prolongements axonaux qui s’e?tendent hors du champ en 2 dimensions et qui e?taient tre?s difficiles a? observer par les me?thodes conventionnelles. Cette technologie permet un gain de temps conside?rable pour l’analyse de re?seaux neuronaux. Ce microscope  constitue un atout majeur pour les e?quipes qui travaillent notamment sur la maladie d’Huntington.


Un vidéomicroscope pour analyser en temps réel les cellules du cerveau


Ce?dric Raoul, de l’Institut des Neurosciences de Montpellier se voit doter de 106 610 € afin d’obtenir un vide?omicroscope.
La compre?hension des processus implique?s dans les maladies neurologiques de?pend des moyens pour e?tudier la communication entre les cellules dans le syste?me nerveux central ; les interactions cellulaires qui re?gissent la spe?cification et la diffe?renciation neurales ainsi que les activite?s physiologiques repre?sentent l'e?ve?nement principal dont l'inte?grite? est affecte?e dans plusieurs neuropathologies.
L'imagerie du vivant qui visualise les cellules dans leur e?tat natif et donne des informations sur la dynamique de leurs interactions e?tait, jusqu’a? pre?sent, peu performante du fait de la dure?e limite?e des fene?tres d'enregistrement. La conception de vide?o-microscopes permet l’enregistrement de cultures cellulaires pendant des jours, voire des semaines, ce qui ouvre de nouveaux champs d'investigation.

 

En 2019, Dumbo vole au secours de la recherche !
La version « live » de Dumbo, produite par Walt Disney et réalisée par Tim Burton, est la prochaine étape de l’opération Rotary Espoir en tête. Afin de poursuivre le soutien à une cause scientifique majeure de notre temps, chaque Rotarien est encouragé à s’y rendre, accompagné de proches ou de relations et à proposer des billets d’entrée aux entreprises, organisations et comités d’entreprise autour de lui.

En savoir + >  www.espoir-en-tete.org

 

Dans la même rubrique

Image POURQUOI & COMMENT LE ROTARY FAIT-IL AVANCER LA RECHERCHE ?

15/01/2019 - Rotary clubs de France

POURQUOI & COMMENT LE ROTARY FAIT-IL AVANCER LA RECHERCHE ?

  DUMBO, le nouveau film de Tim Burton est le film Rotary Espoir en tête 2019   organisé en mars…

Lire
Image LES CONFÉRENCES DE DISTRICT EN MÉTROPOLE

03/09/2018 - Save the date

LES CONFÉRENCES DE DISTRICT EN MÉTROPOLE

Save the date et partagez avec les membres de votre club   1510 > 22/06/19 > Mamers 1520 >15/06/19…

Lire