DES PREMIERS MOIS SI CRUCIAUX

Agir pour la santé de la mère et de l’enfant constitue l’un des sept axes d’action du Rotary International. C’est dans ce cadre que des clubs agissent, dans leur pays ou à l’étranger, pour protéger le nouveau-né afin de lui donner toutes les chances de grandir en bonne santé.

Image DES PREMIERS MOIS SI CRUCIAUX

Informations données aux femmes qui mettent au monde un enfant pour la première fois, dons de matériels pour sécuriser un accouchement, fourniture de laits de qualité pour assurer la survie du nouveau-né sont des actions entreprises par des Rotary clubs. Des interventions qui tendent à réduire la mortalité infantile encore très forte dans nombre de pays en voie de développement.

 

 

Informer les jeunes mamans

 

Dans les pays où la première naissance est souvent donnée par une très jeune femme, des Rotary clubs apportent de précieuses informations. C’est le cas du Rotary club Abidjan Golf qui sensibilise de jeunes mères aux bienfaits de l’allaitement maternel exclusif, mais aussi aux risques de maladies post natales ; des membres du club se rendent dans quatre centres de santé d’Abidjan afin de rencontrer les toutes nouvelles mamans et leur remettent un kit d’allaitement obtenu grâce à un partenariat avec le Programme national de nutrition (PNN) et une grande entreprise. Une opération similaire est organisée au Bénin, à la maternité de Kpota, par le Rotary club Abomey Calavi, aidé par le Rotary club Ingwiller (Bas-Rhin). Des kits de naissances incluant des conseils prodigués aux jeunes mères sont offerts ; cette action internationale est facilitée par le Comité inter pays (CIP) France-Bénin et une subvention du district 1680. Au-delà de l’information demeure la question de disposer d’outils adaptés aux premiers moments de la vie.

 

 

Fournir du matériel moderne

 

En République démocratique du Congo, du matériel de néonatologie est attribué au centre hospitalier Saint-Vincent de Bukavu. Il s’agit essentiellement d’un appareil de photothérapie ainsi que de huit couveuses de dernière génération offerts par le Rotary club Bukavu Mwangaza, associé au Rotary club Andes Virgilio Curtatone (Italie) dans le cadre d’une subvention mondiale de la Fondation Rotary. Le Dr Pascal Namegabe, ancien président du Rotary club Bukavu Mwangaza, estime que « cette aide permet de réduire le taux de mortalité infantile surtout pour les enfants nés prématurément et en manque d’oxygène. » Une formation du personnel à ce matériel est assurée, avec un suivi sur deux années.

 

Un projet ambitieux est mené depuis 2019 par le Rotary club Bourgoin La Tour du Pin Nord Dauphiné en Mauritanie. En collaboration avec le CIP France-Mauritanie, dont le président Bernard Torgue est membre de ce club isérois, les Rotariens ont assuré le déplacement d’une sage-femme et d’une gynécologue grenobloises. Elles ont accompagné pendant huit jours le Pr de gynécologie Aissata Bal, membre du Rotary club Nouakchott, afin d’identifier les besoins dans la région de Gorgol (sud du pays) tout en offrant des consultations en gynécologie-obstétrique. Du matériel collecté ou acheté par le club isérois, dont une table d’accouchement démontable, un doppler fœtal et un échographe portatif avec trois sondes, parviendra prochainement. Son actuel président, Lucien Brunel, rappelle que « le taux de mortalité infantile est de 73 pour 1000 naissances en Mauritanie, alors qu’il n’est que de 45 au Sénégal et 21 au Maroc, pays voisins. » 

 

Les dons de matériels technologiques se font aussi au profit de structures françaises, comme le mannequin électronique offert par le Rotary club Épinal au service de néonatologie de l’hôpital de la cité vosgienne, constituant un outil d’entraînement pour la réanimation. Idem pour l’hôpital d’Ajaccio qui bénéficie d’une couveuse permettant de transporter un nourrisson sans débrancher le moindre appareil ; un cadeau du Rotary club Ajaccio Parata financé par la vente de roses et de clémentines au public.

 

 

Distribuer des produits nutritifs

 

Le manque de lait est souvent à l’origine de décès précoces d’enfants en bas âge. La situation dramatique du Venezuela motive le Rotary club Paris Agora à fournir des centaines de boîtes de lait à l’antenne de Caritas à Barinas. Sa directrice, Gabriela Mayer, témoigne que « des femmes sont tellement dénutries qu’elles ne peuvent allaiter. » Pour mener à bien cette action, la présidente du Rotary club Paris Agora, Anne Corp, détaille la conférence virtuelle sur le Venezuela qui a permis de collecter des fonds : « trois experts se sont exprimés sur la situation politique, sanitaire et économique du pays, puis un reportage sur la vie au Venezuela* a présenté la perception de la crise par ceux qui la subissent. »

 

Afin que la malnutrition infantile ne touche pas la France, des clubs interviennent pour soutenir les mères qui vivent dans la plus grande précarité. C’est notamment le cas du Rotary club Aubergenville Seine Mauldre qui collecte chaque année devant une grande surface des produits pour bébés au profit des Restos du cœur. Aidé lors de sa dernière collecte, notamment par le Rotary club Magny-en-Vexin et l’Inner Wheel Vexin Seine, ce club des Yvelines remet 2,5 tonnes de petits pots salés et sucrés, lait, biberons, produits d’hygiène etc. Un résultat remarquable en cette période de pandémie.

 

Ces actions rotariennes si diverses donnent à beaucoup d’enfants de plus fortes chances de vivre en bonne santé. Une meilleure santé contribue au développement économique d’une communauté et apparaît comme l’un des facteurs de paix, but ultime du Rotary.

 

 

*Conférence sur le Venezuela consultable sur :

https://www.youtube.com/watch?v=D-ETVVfBruU

 

 

La mortalité infantile dans le monde

6 500 nouveau-nés meurent chaque jour ; dans la majorité des cas, le décès est évitable.

5,9 millions d’enfants de moins de 5 ans décèdent chaque année ; malnutrition et manque de soins médicaux sont les causes les plus répandues..

 

 

PolioPlus, pour bien débuter dans la vie

Le programme d’éradication de la polio lancé en 1985 par le Rotary se traduit par la vaccination de 2,5 milliards d’enfants en bas âge dans le monde. Une assurance de plus pour grandir en meilleure santé.

 

 

TEXTE DE CHRISTOPHE COURJON