LIBAN : LE COMBAT SE POURSUIT

Beyrouth se reconstruit après la terrible déflagration du 4 août dernier. La solidarité rotarienne, mise en œuvre dès le lendemain de la catastrophe, porte ses fruits. Après avoir relaté les toutes premières interventions des Rotariens dans son édition d’octobre, Rotary Mag continue son tour d’horizon sur nombre d’initiative locales ou internationales.

Image LIBAN : LE COMBAT SE POURSUIT

« Le Liban ne laisse personne indifférent » avait écrit Jean-Paul Narjollet, président du Comité inter pays France-Liban (CIP) dans son appel publié dans Rotary Mag en septembre. Appel entendu à travers les Rotary clubs de France puisque fin novembre 30 000 € sont versés par trois districts, une vingtaine de clubs et autant de particuliers pour un fonds de secours destiné à l’aide immédiate aux sinistrés. À cette initiative d’urgence s’ajoute et se dessine toute une mise en œuvre d’actions dont le but est de faire redémarrer l’activité dans la capitale libanaise.  Des actions entreprises par des Rotariens du pays des cèdres, soutenus par leurs amis de nombreux pays.

 

Les Rotariens du Liban à la manœuvre

Une newsletter du Rotary Lebanon country fund (RLCF), créé pour gérer les aides consécutives à cette catastrophe, détaille les réalisations et les projets en cours. Parmi les implications les plus remarquables se distingue l’apport d’une tonne de médicaments collectés par les Rotary clubs d’Égypte, qui furent longtemps dans le même district que ceux du Liban. Les Rotary clubs libanais Batroun, Metn Gate, Metn, ainsi que les Rotaractiens de Kesrouan ont distribué ces médicaments à cinq hôpitaux accueillants des personnes blessées par la grande explosion. L’un des projets les plus lourds entrepris par les Rotariens concerne la réhabilitation de l’hôpital Saint-Georges de Beyrouth, très touché par l’explosion. Plusieurs subventions mondiales sont accordées par la Fondation Rotary, dont celle de 93 000 $ destinée à restructurer le service de maternité (projet conduit avec les 14 districts d’Australie), et celle de 123 000 $ consacrée au service d’oncologie (projet mené avec le e-Rotary club allemand du district 1860). Ces deux interventions à l’hôpital Saint-Georges illustrent la volonté des Rotariens de poursuivre des actions pérennes.

 

Le CIP France-Liban coordonne les bonnes volontés

Des projets sont entrepris pour réhabiliter d’autres établissements de santé qui ont subi de graves dégâts. En étroite collaboration avec le Rotary club Beyrouth, club contact du RC Paris qui entretient des relations régulières avec lui, le CIP France-Liban a lancé un appel à financement auprès des gouverneurs des 18 districts français et des clubs habituels partenaires en vue de bénéficier d’une subvention mondiale de la Fondation Rotary. Jean-Paul Narjollet précise « qu’il s’agissait au départ de financer la réhabilitation du secteur obstétrique de l’hôpital pédiatrique de La Quarantaine à Beyrouth. Le projet a évolué avec l’intervention de l’UNICEF qui prend en charge le bâti. Dans ce contexte, nous interviendrons sur les matériels et les équipements médicaux. Le budget s’élève à 320 000€. »  Le Comité inter pays France-Liban est très souvent contacté par des districts et des clubs qui souhaitent envoyer matériels médicaux, médicaments, stations de traitement de l’eau (aquabox), jouets, vêtements etc. Des offres plus spécifiques, comme la fourniture de semences de la part du district 1770, parviennent également au CIP. Grâce à ses contacts rotariens locaux, le CIP met en relation les différents acteurs. Plusieurs containers de matériels sont arrivés, provenant essentiellement des districts 1700,1720 et 1750. Les produits de certaines collectes sont expédiés par d’autres voies, à l’instar des deux palettes de 700kg de farine collectés par les membres du Rotary club Issy-les-Moulineaux puis chargée dans le container de la ville à destination du Liban.

 

Les Rotariens de France multiplient les initiatives

Dès le lendemain de l'explosion de Beyrouth, le district 1720 fait preuve d'une grande réactivité. À l'initiative du gouverneur Francis Balme, des recherches de dons sont lancées. Les premiers résultats sont significatifs : un container avec 16 lits médicalisés, offerts par une entreprise tourangelle de matériel médical, est chargé, à Marseille à bord d’un navire. Un second container de denrées de première nécessité part du Havre. « Pour éviter tout détournement, les dons du Rotary sont remis à la Croix Rouge libanaise qui les distribue avec l'aide des Rotary clubs libanais » précise Marc Altes, membre du Rotary club Tours Plumereau, jeune club particulièrement investi dans l’action en faveur du Liban ; un samedi de novembre, une vingtaine de bénévoles remplissent un container de 70 m3 en matériel médical collecté auprès d’établissements hospitaliers ou Ehpad de la région.

Des clubs qui n’ont pas la possibilité de rassembler des matériels entreprennent des actions de collecte de fonds, comme le fait le Rotary club Metz Charlemagne. Ce club organise une soirée fin octobre dont le conférencier - le Dr Khalifé Khalife, 1er adjoint au maire de Metz, s’exprime sur son pays d’origine.

 

L’éducation, un espoir pour l’avenir

Agir sur le long terme convainc des Rotariens à soutenir l’enseignement au Liban. Dans ce cadre, le Rotary club Antony Sceaux, avec l’appui du district 1660 et d’autres clubs du district, soutient le collège Saint-Pierre Frères de Baskinta, situé dans la région du Mont-Liban. Il s’agit de scolariser les élèves dans ce collège de montagne qui assure une éducation francophone, quelle que soit la confession ou les ressources des familles. François Cahuzac, président du Rotary club Antony Sceaux, précise que « l’action consiste à financer la totalité des frais de scolarité de l’année 2020-2021 pour tous les élèves inscrits dans cet établissement, car l’État libanais n’honore plus sa subvention depuis 2016, les parents ne peuvent plus payer les frais de scolarité , et l’explosion du 4 août a détruit l’Institut des Frères des écoles chrétiennes de Beyrouth, qui soutenait le collège de Baskinta, mais qui se retrouve dans l’incapacité de le faire cette année. » Les dons collectés, aussi bien auprès de particuliers que d’entreprises, transitent par le fonds de dotation du district 1660, ce qui permet une déduction fiscale.

Compte tenu de la situation dramatique que traverse le pays, un formidable élan de générosité rotarienne s’est mis en place. Toutes les initiatives témoignent de l’attachement pour nos amis libanais. Les racines de l’amitié sont aussi solides que celles des cèdres.

 

Contacts :

Michel Jazzar, ancien gouverneur, président du Comité du fonds pour le Liban : dg1819micheljazzar@gmail.com

Comité inter pays France-Liban : jean_paul.narjollet@club-internet.fr

 

L’apport d’un CIP

Un Comité inter pays (CIP) est un partenariat entre plusieurs pays qui travaillent pour renforcer l'amitié et la compréhension interculturelle. Constitué avec l'accord des gouverneurs, le CIP a pour missions de :

- créer des jumelages entre clubs,

- organiser des échanges,

- collaborer sur des actions internationales,

 

 

TEXTE DE CHRISTOPHE COURJON

Dans la même rubrique

Image PARTICIPEZ TOUS À LA DICTÉE DU ROTARY !

28/12/2020 - UN DÉFI CONTRE L'ILLETTRISME

PARTICIPEZ TOUS À LA DICTÉE DU ROTARY !

Lieu: Webinaire / zoom. Inscription: sur le site www.ladicteedurotary.org et envoi du lien d’accès. …

Lire